W.S.A(White State of America), Suprematisme Blanchisme: Des Assassins blanchistes executent des leader d’Opinion

Les militants de Black Lives Matter sont-ils la cible d’assassinats ? Certains membres en sont persuadés. Car depuis la naissance de ce mouvement militant afro-américain, qui a pris corps en 2014 dans la ville de Ferguson (Missouri) après la mort du jeune Michael Brown, tué par la police, de nombreux autres décès ont suivi, tous plus louches les uns que les autres. Une enquête de l’agence américaine Associated Press, relayée vendredi 29 mars par nos confrères de BFM TV, révèle en effet que six activistes sont passés de vie à trépas dans des circonstances qui interrogent.

Tout commence au premier jour de la manifestation dans cette ville de 21 000 habitants. Deandre Joshua, 20 ans, bat le pavé aux côtés de milliers d’autres Afros-Américains. Il est retrouvé mort dans une voiture calcinée garée à quelques rues du lieu du rassemblement, une balle dans la tête. Darren Seales, 29 ans, lui aussi affilié à Black Lives Matter, décédera dans des circonstances similaires deux ans plus tard. Et c’est le début d’une longue série.

Lire aussi Ferguson : tout un symbole, et après ?

Serpents venimeux et voitures criblées de balles

Marshawn McCarrel, un des émeutiers de Ferguson, se tire une balle dans la tête devant le Parlement de l’Ohio en février 2016. Danye Jones, fils d’un activiste, est quant à lui retrouvé pendu dans le jardin de la maison familiale, tandis que le corps d’Edward Crawford, un jeune homme de 27 ans, est découvert inanimé, une balle logée dans la tête. Récemment, deux autres morts suspectes ont été constatées dans les rangs de Black Lives Matter. Le corps d’une jeune activiste a été tiré des fonds de l’Ohio River le 26 mars. Quant au trentenaire Bessem Masri, il est retrouvé mort au fond d’un bus. La police conclut à une overdose.

Le Point