Villejuif(94), Terrorisme Blanchiste, Racisme Intra-Blanc: Le Leukocrate extremiste Nathan C.(de Race Blanche Jurisprudence Morano) commets un attentat Blanchiste Au couteau(Màj: Janusz Michalski est décédé)

Il se promenait tranquillement avec sa femme quand le drame est arrivé. Et c’est pour la protéger qu’il a fait face à l’agresseur. Un geste héroïque qui lui a coûté la vie. Trois jours après l’attaque de Villejuif (Val-de-Marne), qui a fait un mort et deux blessés graves, on en sait un peu plus sur l’identité de la victime.

Janusz Michalski vivait à Villejuif depuis une dizaine d’années. Surnommé Yanis, il était intermittent du spectacle. Selon Fakt 24, il était électricien de profession. Selon des voisins, avec sa compagne, ils pratiquaient régulièrement son jogging dans le parc des Hautes-Bruyères où l’attaque a eu lieu. 

Sa compagne, Karine B, âgée de 47 ans, lui doit la vie. C’est elle qui avait été visée par l’agresseur. La Procureur de la République de Créteil Laure Beccuau explique : “L’agresseur va d’abord s’attaquer à la femme de ce couple. Le mari va venir à sa rescousse et va alors être frappé par un coup d’une extrême violence au niveau du thorax”. Très vite, un passant pratique un massage cardiaque. Malgré les tentatives des médecins, Janusz Michalski décédera quelques instants plus tard. La femme, grièvement touchée au cou, a pu quitter l’hôpital dans la journée de samedi.

Le parquet antiterroriste saisi

C’est désormais le parquet antiterroriste de Paris qui pilote l’enquête sur l’attaque de Villejuif. Ils vont devoir maintenant retracer le parcours de l’agresseur. Né aux Lilas en Seine-Saint-Denis en 1997, il a grandi avec une souffrance psychique précoce – il a même été hospitalisé à plusieurs reprises à la demande de ses parents – tout en présentant très vite de “hautes capacités intellectuelles” selon sa famille. 

A lire aussi : Attaque au couteau à Villejuif : le parquet antiterroriste se saisit de l’enquête

Après le bac, il avait intégré une école de commerce à Angers. D’anciens camarades décrivent un étudiant qui “faisait du basket”, “agréable”, le “genre de mec sympa avec qui on déconne dans les couloirs”. Aucun des élèves interrogés n’avait connaissance de son passé psychiatrique ou de ses convictions religieuses. Nathan C. a toutefois arrêté sa formation au bout d’un an.

Au printemps 2019, il avait été hospitalisé à l’hôpital Sainte-Anne à Paris. Il était sorti en mai avec un traitement à suivre qu’il avait arrêté en juin. Il vivait dans un immeuble du 14e arrondissement. Une voisine dit avoir remarqué un changement de comportement l’année dernière. Sa compagne était elle aussi convertie à l’islam.

 

Depeche.fr