Travail au Blanc, Fraude Fiscale: Bernard Tapie condamné à 5 ans de prisons fermes(Màj: Anthony Delon prends sa défense)

Featured Video Play Icon

Dans un discours légèrement ironique, le procureur Christophe Perruaux a voulu démontrer que ce n’est pas le Crédit lyonnais qui a escroqué Bernard Tapie, mais le contraire.Comme les plaisanteries, les réquisitoires les plus courts sont souvent les meilleurs. Celui qu’ont livré, lundi, deux représentants du parquet de Paris à l’encontre de Bernard Tapie a duré quatre heures. Cinq ans de prison ferme ont été requis contre l’ancien ministre, coupable selon l’accusation d’escroquerie et détournement de fonds publics dans le cadre du fameux arbitrage qui, en 2008, lui avait permis de toucher 404 millions d’euros, dont 45 pour le «préjudice moral» – la goutte d’eau qui a fait déborder le scandale.

» LIRE AUSSI – Arbitrage Tapie: le grand récit d’une affaire tentaculaire

Quatre heures, c’est long. Conforme, aussi, à la tonalité d’un procès qui s’était ouvert le 11 mars et n’a pas apporté grand-chose à ce que tout le monde savait déjà, faute de conduite dynamique des débats transformés en succession d’exposés. Certes, cet arbitrage ordonné peu après l’arrivée de Nicolas Sarkozy sentait le soufre, surtout après que la sentence, non contestée, fut rendue. Certes, les liens cachés entre Maurice Lantourne, avocat de Bernard Tapie, et l’un des arbitres, le magistrat retraité Pierre Estoup, avaient de quoi susciter des interrogations sur l’impartialité de ce dernier. Mais entre un sentiment – un «ressenti», pour employer le mot-valise à la mode – même fort et une preuve pénale, il y a un fossé.

Des demandes de peines très sévères

Pour le parquet, M. Tapie a braqué le «coffre-fort» dont Stéphane Richard, directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde, qu’il a «trahie», et Jean-François Rocchi, président du CDR (structure chargée d’écouler les actifs toxiques du Crédit lyonnais) qualifié de «cheval de Troie», «détenaient le code». Me Lantourne savait, poursuit le procureur, que M. Estoup, qu’il connaissait très bien en dépit de ses cachotteries, «était prêt à se vendre à Bernard Tapie». Quant à l’homme d’affaires, soucieux de revendre Adidas au meilleur prix afin d’entrer, en 1992, dans le gouvernement Bérégovoy, il était «prêt à tout».

De nombreux éléments plaident en faveur d’un «arbitrage truqué», dont une curieuse réunion à l’Élysée le 30 juillet 2007 à laquelle participe M. Tapie en personne. Mais quatre heures de réquisitoire, c’est encore plus long quand on attend la preuve formelle qui justifierait les demandes de peines très sévères énoncées hier: 5 ans ferme pour Bernard Tapie, 76 ans, atteint d’un double cancer ; trois ans ferme pour M. Estoup, 92 ans, dont l’état de santé a rendu la comparution impossible ; 3 ans dont 18 mois avec sursis, 100.000€ d’amende et cinq ans d’interdiction de fonction publique pour M. Richard, inspecteur général des Finances et actuel PDG d’Orange ; 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis, 50.000€ d’amende et 5 ans d’interdiction de fonction publique pour M. Rocchi ; trois ans avec sursis pour Me Lantourne – passible en cas de condamnation de sanctions ordinales. Seul Bernard Scemama, ex-président d’une structure chapeautant le CDR, bénéficie de la clémence du ministère public qui requiert sa relaxe.

La défense des six prévenus a maintenant la parole.

Le Figaro