Travail au Blanc, Fisc Fucking: Sur la Piste des Epoux Fillon

 

Les voitures banalisées foncent sur la route sinueuse longeant la Sarthe. Le cortège traverse le village de Solesmes, marque un court arrêt devant un portail, puis s’engouffre dans l’allée boueuse, deux cents mètres à peine, menant au manoir de Beaucé. Les policiers de l’office anticorruption descendent des véhicules, observent la boîte aux lettres ornée d’un petit dragon gallois, contemplent l’imposante bâtisse, sa tourelle d’époque. Ce vendredi 3 mars 2017, ils débarquent chez les époux Fillon, au cœur d’une tempête médiatico-judiciaire depuis les révélations du Canard enchaîné, le 25 janvier 2017, sur des emplois possiblement fictifs dont aurait pu bénéficier l’épouse du grand favori de l’élection présidentielle à venir.

Dans la chapelle attenante à la maison principale du somptueux corps de ferme, les enquêteurs découvrent une centaine de cartons d’archives, héritage des nombreuses expériences ministérielles de François Fillon, de ses débuts dans le gouvernement Balladur, avec le portefeuille de l’enseignement supérieur et de la recherche (1993-1995), à ses cinq années passées à Matignon (2007-2012).

Une banale pochette rouge

Le couple Fillon garde tout, c’est pratique. Sur le bureau de Penelope, la maîtresse de maison, s’entassent ainsi de nombreux documents classés avec soin : factures, bulletins médicaux, extraits de naissance, dossiers d’assurances… Et, surtout, une banale pochette de couleur rouge portant la mention « Bulletins de salaire Penny ». La période concernée s’étend de 1981 à 1990, quand celle-ci était déjà la collaboratrice, d’abord occasionnelle puis à temps plein, de son député de mari. Une époque jusque-là occultée par les deux époux lors de leurs auditions.

De 1981 à 1985, Mme Fillon a donc signé des contrats ponctuels avec son mari, devenu, à 27 ans, le plus jeune parlementaire de France. A peine élu député de la Sarthe, en juin 1981, François Fillon a en effet décidé de rémunérer sa femme, née Penelope Clarke, une Galloise d’un an sa cadette, épousée l’année précédente. Ainsi, dès le mois de novembre 1981, cette dernière perçoit 30 000 francs – une jolie somme, à l’époque – en échange d’une enquête sur le « bocage sabolien ». En 1983, elle est rémunérée 15 500 francs pour des « études générales ». Ou encore 12 303 francs, en 1985, pour plancher sur des « problèmes politiques généraux ».

Le Monde