Traite des blanches: Ophélie Guillermand, victime de manipulation, obligée de vendre son corps

Pour plonger au cœur de l’été, le top model star français Ophélie Guillermand prête sa silhouette renversante à notre séquence mode. Sur elle, les essentiels des beaux jours déploient tout leur potentiel glamour.

 

Pour une jeune fille de bonne famille de 20 ans, élevée en Haute-Savoie, fraîche comme un gardon, très bonne élève (mention très bien au bac), excellente skieuse, il ne devait y avoir qu’une seule option : une prépa ou la fac de chimie, sa matière préférée. Après quelques mois en première année de licence à Lyon entre paillasses et alambics, Ophélie Guillermand découvre qu’elle s’ennuie à périr. Que faire ? «Il y avait bien le mannequinat avec lequel j’avais flirté pour gagner un peu d’argent de poche. Je pensais que je pourrais peut-être à nouveau me lancer dans cette carrière, sans trop y croire. Un peu trop éloignée de la tradition familiale. Quand j’étais petite, je me souviens que j’affichais dans ma chambre des posters des campagnes Gucci ou Dolce & Gabbana et que je voulais faire partie de ce monde-là.»

Le Figaro