Trafic de Blanche: “La cocaine, ce dangereux compagnon des métiers pénibles”(sic)

L’entretien s’est tenu discrètement. Fin novembre, des gendarmes ont poussé la porte du comité de pêche des Côtes-d’Armor en Bretagne pour parler de la drogue. Elle circule chez les marins-pêcheurs de façon de plus en plus préoccupante. Comme dans toute la société, la consommation augmente et certains produits, telle la cocaïne, se banalisent.

Bien qu’encore tabou, ce sujet est abordé par certains responsables de la profession. «La cocaïne est davantage consommée», admet sans détour Sophie Leroy-Lebarbanchon, vice-présidente du comité régional des pêches de Normandie. Les matelots, qui disposent d’un pouvoir d’achat confortable, ont les moyens d’y recourir. «Un jeune qui sort de l’école gagne bien sa vie. C’est un métier dur mais rémunérateur», poursuit la responsable. Via les réseaux sociaux, les commandes auprès des dealers se font discrètement. «Le problème, c’est qu’on se procure trop facilement ces produits», s’agace Alain Coudray, président du comité des pêches des Côtes-d’Armor.