Traffic de Blanche, Leukodélinquance: Le Voyou Felix Dorfin(de race Blanche jurisprudence Morano) condamné à Mort pour Traffic de Drogue(Màj: Il se dit sous le Choc, c’est une victime donc)

Les tribunaux indonésiens sont connus pour aller au-delà des réquisitions du parquet. Le cas du Français Félix Dorfin n’a pas fait exception. Cet homme âgé de 35 ans a été condamné lundi 20 mai à la peine de mort pour trafic de drogue par un tribunal indonésien, alors que le parquet avait requis vingt ans d’emprisonnement, et une amende de 10 milliards de roupies (620 000 euros).

« Nous déclarons Felix Dorfin coupable (…) d’avoir importé de la drogue (…) nous condamnons Félix Dorfin à la peine de mort et lui ordonnons de rester en détention », a déclaré le juge Isnurul Syamsul Arif du tribunal de Mataram, sur l’île de Lombok.

Il rejoint ainsi un autre Français dans le couloir de la mort en Indonésie, Serge Atlaoui, qui a été condamné en 2007 également pour trafic de droque et est toujours incarcéré.

La lutte contre la drogue fixée comme priorité
Le juge a pris en compte comme facteur aggravant le fait que M. Dorfin ferait partie d’un réseau de trafic de drogue et la quantité importante de stupéfiants en sa possession. Félix Dorfin a été défendu par un avocat commis d’office après s’être séparé de ses deux premiers avocats. Le défenseur avait notamment contesté la description par le parquet de Félix Dorfin comme un « coursier » habitué à transporter de la drogue de pays en pays.

Originaire de Béthune (nord de la France), Félix Dorfin avait été interpellé à la fin septembre à l’aéroport de Lombok – une île touristique proche de Bali – en provenance de Singapour. Selon les autorités, il avait en sa possession près de 4 kg de cocaïne, d’ecstasy et d’amphétamines dissimulés dans une valise à double fond.

Le Français avait réussi en janvier à s’évader du centre de détention de la police et avait été recherché pendant onze jours. Finalement retrouvé dans une forêt du nord de l’île de Lombok où il se cachait, il avait été arrêté le 1er février par des policiers qu’il avait, selon eux, tenté de soudoyer.

La peine de mort n’a plus été appliquée depuis 2016 en Indonésie, qui a fait de la lutte contre la drogue l’une de ses priorités. Plusieurs trafiquants de stupéfiants ont par le passé été exécutés.

Le Monde