Suprématisme blanchiste en déroute: « Enlisement » des forces françaises au Mali selon le Sénat

En mars, une délégation de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, composée de son président, Christian Cambon, et des sénateurs Olivier Cigolotti et Ladislas Poniatowski, s’est rendue au Niger et au Mali.

Et elle en est revenue avec message « assez clair et assez pessimiste » sur la situation, en dépit des succès tactiques de la force française Barkhane sur le terrain et de la mobilisation de la communauté internationale via la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA]. « Seule une solution politique malienne pourra stabiliser le Sahel », a ainsi commenté M. Cambon.

S’agissant des « succès tactiques » des militaires français, la délégation a relevé que le « potentiel militaire des groupes terroristes », essentiellement le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) et l’État islamique au grand Sahara (EIGS), est « désormais réduit, grâce à un effort très soutenu. » Ils « n’ont plus de sanctuaire » mais « l’insécurité s’est propagée dans le centre » du Mali, souligné M. Cambon.