Sionistan, manipulation: La version de Mme Ayari( de type bougnoule de maison) s’effondre

Ce sont des éléments objectifs d’enquête qui pourraient définitivement mettre à mal les accusations portées par Henda Ayari contre l’islamologue Tariq Ramadan.
Cette ancienne salafiste, devenue militante laïque et féministe, assure avoir été violée en 2012 par le théologien suisse. C’est la première à avoir porté plainte contre lui en octobre 2017. Deux autres plaintes ont depuis suivi en France. Tariq Ramadan a été mis en examen au mois de février dernier pour des faits de « viol sur personne vulnérable » et « viols », avant d’être placé en détention provisoire.

Lire aussi Révélations sur l’affaire Tariq Ramadan

 

L’islamologue a toujours réfuté un quelconque viol depuis le début de cette affaire. En revanche, il a reconnu avoir eu plusieurs relations extraconjugales.

Ce jeudi 19 juillet, Henda Ayari et Tariq Ramadan sont confrontés pour la première fois dans le cabinet des trois juges d’instruction parisiens en charge de cette affaire. Selon nos informations, les magistrats disposent désormais de plusieurs éléments recueillis par les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne, en charge des investigations, venant contredire les déclarations d’Henda Ayari sur le jour précis où elle assure avoir été violée.

Changement de version

Dans un premier temps, cette mère de trois enfants, âgée de 41 ans et domiciliée dans le département de la Seine-Maritime, avait indiqué que les faits avaient eu lieu à l’hôtel Holiday Inn, situé près de la gare de l’Est, entre le 31 mars et le 8 avril 2012. Puis elle est revenue sur ses déclarations, affirmant qu’elle avait été violée le 26 mai 2012, dans une chambre de l’hôtel Crowne Plaza, place de la République à Paris.

Pour étayer ses nouvelles déclarations, Henda Ayari a remis aux magistrats instructeurs un ancien agenda datant de l’année 2012 et présentant des inscriptions de sa propre main qui laissent apparaître le nom et l’adresse de cet hôtel. Dans ce même agenda, Henda Ayari a également noté le trajet en métro pour rallier cet établissement hôtelier depuis la gare Saint-Lazare. La première accusatrice de Tariq Ramadan a encore expliqué aux juges que c’est l’islamologue lui-même qui lui avait précisé à l’époque, au téléphone, les lignes et les changements à effectuer dans le métro pour venir le rejoindre dans cet hôtel de la place de la République. Elle y a encore noté les horaires de départ de son train à Rouen – 20 h 08 – et son heure d’arrivée – 21 h 48 – à la gare Saint-Lazare. Elle a également fourni le talon de chèque attestant l’achat de son billet de train, le 26 mai 2012, libellé auprès de la SNCF.

Le Point