Scénario Blanc: Theresa May n’a pas de majorité pour ratifier l’accord de Brexit(Màj: Poussée à la démission par son propre parti)

Featured Video Play Icon

Theresa May a exhorté les députés à ne pas condamner la Grande-Bretagne à un «lent Brexit» cette semaine, car elle a reconnu qu’elle n’avait toujours pas le soutien du Parlement pour revenir sur son accord en vue d’un troisième vote significatif.

Après avoir rassemblé des personnalités soutenant le Brexit lors de sa retraite dans le pays des Chequers dimanche et avoir parlé lundi à la chef du DUP, Arlene Foster, et au chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, May a déclaré qu’elle était parvenue à la conclusion qu’elle ne pouvait pas encore remporter le vote.

«Je dois en conclure que, dans l’état actuel des choses, le soutien à la Chambre n’est pas encore suffisant pour ramener l’accord en vue d’un troisième vote significatif», a-t-elle déclaré lorsqu’elle a rendu compte aux députés lors du sommet du Conseil européen de la semaine dernière.

May a également été aussi proche qu’elle a fait pour exclure un Brexit sans accord , soulignant les dégâts que cela causerait au syndicat – un message qu’elle a également transmis au Cabinet, selon des sources gouvernementales. “Si cette maison n’y consent pas, aucun accord ne sera conclu”, a déclaré May.

Le Premier ministre a déclaré qu’elle fouetterait ses propres députés lundi soir contre un amendement déposé par l’ancien ministre conservateur Oliver Letwin, qui permettra aux députés de contrôler le calendrier parlementaire et de mener à bien un processus de “votes indicatifs”.

Les ministres du gouvernement acceptent en privé que l’amendement soit adopté lundi soir – et qu’il va probablement indiquer un soutien en faveur d’un Brexit moins contraignant au Parlement.

Mais le Premier ministre a déclaré: “Je dois avouer que je suis sceptique quant au processus.” Elle a déclaré que cela pourrait produire “des résultats contradictoires, voire aucun résultat”, et créer un précédent fâcheux qui “renverserait l’équilibre de nos institutions démocratiques”. ”

May a déclaré qu’elle ne pouvait pas s’engager par un «chèque en blanc» à mettre en œuvre l’option choisie par les députés, mais qu’elle donnerait du temps au gouvernement pour la mise en place d’un processus de vote indicatif.

Et elle a réitéré ses critiques sur un accord à la norvégienne, qu’elle a qualifié de «lent Brexit».

«Un lent Brexit, qui prolonge l’article 50 au-delà du 22 mai, oblige le peuple britannique à participer aux élections européennes et renonce au contrôle de nos frontières, de nos lois, de notre argent ou de notre commerce, n’est pas un Brexit qui réunira le peuple britannique ,” dit-elle.

Guardian.com