Rugbysme, Apologie de la Violence: le XV de France, équipe de seconde zone

Il a un œil endolori et le regard grave, Félix Lambey. Le XV de France a gagné, pourtant. Mais rien à fêter pour le jeune deuxième-ligne ni pour ses coéquipiers. « Croyez bien qu’on ne se fait pas de films, on ne se prend pas pour d’autres. » A Rome, il faut voir leur sortie vers le bus au sous-sol du Stade olympique : pas d’effusion d’âme, ce samedi 16 mars après-midi, après leur succès sans convaincre en Italie (25-14). Leur deuxième seulement – avec celui contre l’Ecosse – en cinq matchs d’un bien triste Tournoi des six nations.

Lire aussi Rugby : les Gallois s’offrent le Grand Chelem

La France termine la compétition à la 4e place. Devant ceux qu’elle a battus, les Ecossais et les Italiens. Mais derrière tous ceux qui l’ont battue, voire corrigée : Gallois (auteurs d’un Grand Chelem), Anglais et Irlandais. Verdict de Lambey : « On est à notre place, on le sait. » Avec les équipes de seconde zone, pour le dire plus crûment. « On n’a pas été en mesure de contester le trio de tête, effectivement », reconnaît Jacques Brunel, en conférence de presse d’après-match.

« Le Tournoi est une déception », est bien contraint de déclarer Brunel, qui remporte là seulement sa cinquième victoire en seize matchs depuis ses débuts en catastrophe à la place de Guy Novès. Il y a une semaine, le sélectionneur avait pourtant dérouté tout le monde et affirmé n’éprouver « aucune inquiétude » à l’approche de la Coupe du monde au Japon, dans six mois.

Avant cela, seulement trois matchs de préparation estivale à venir contre l’Ecosse (par deux fois) et l’Italie, pour essayer de sauver ce qui peut encore l’être : stabiliser un minimum l’équipe, la rendre moins « inconstante », et donner encore leur chance « aux jeunes talents ». Brunel « pense notamment » au pilier Demba Bamba – malgré son match décevant en Irlande – et à l’ouvreur Romain Ntamack. « J’ai progressé, assure ce dernier, 19 ans à peine. J’ai appris aux côtés des meilleurs. » Sous-entendu : Gallois, Anglais et Irlandais.

Le Grand Chelem pour le pays de Galles

Les Gallois ont battu l’Irlande 25 à 6 et s’offrent le Grand Chelem dans l’édition 2019 du Tournoi. Il s’agit du troisième remporté par le sélectionneur Warren Gatland. Grâce à ce sacre, le pays de Galles remonte à la deuxième place du classement World Rugby, juste derrière la Nouvelle-Zélande.

Le Monde