Rugbysme, Apologie de la Violence: “LE STADE TOULOUSAIN PRÊT À SAIGNER”(sic)

En pleine confiance, les champions de France s’attendent néanmoins à un match de titans face à des Toulonnais invaincus depuis la mi-octobre.

Le 30 décembre 2018, il y a presque un an jour pour jour, l’addition du Boxing Day présentée par Toulouse avait été salée. Et Toulon avait payé la note (39-0). Peu après ce naufrage, Mourad Boudjellal avait blâmé le public du Stadium, trop chambreur à son goût (c’est un comble), et tancé Régis Sonnes – «Une sorte d’Alexandre Benalla de Toulouse, il parle tout le temps mais on ne sait pas ce qu’il fait» – coupable, selon lui, d’avoir relevé à chaud la «Fanny» subie par le RCT. Cela n’avait fait rire personne, hormis peut-être Christian Labit dont on sait qu’il ne passera pas ses vacances avec le Landais.

Depuis lors, les choses ont changé, alors que les deux formations se retrouvent ce dimanche à Ernest-Wallon (21h, en direct commenté), en clôture de la 12e journée du Top 14Le président Boudjellal va prendre la porte, le baroudeur Sonnes réfléchit à son avenir, et les deux équipes rouge et noir surfent sur les mêmes eaux depuis la fin de la Coupe du monde. «Ils ont sorti une performance XXL lors du dernier match (victoire 41-19 contre Clermont, NDLR), constate l’entraîneur à béret des avants du Stade toulousain. Cette rencontre va être une étape supplémentaire pour nous, pour essayer de maintenir notre niveau et de rester dans le top 6 (le classement ici).»

Le RCT refait peur

Invaincu depuis le 13 octobre (défaite au Stade français 33-30), le RCT refait peur. «L’année dernière, ils étaient en difficulté, relève Sonnes. Ils ont restructuré l’équipe, avec un nouveau coach qui a réussi à créer son effectif et qui maintenant profite pleinement du travail qu’il a entrepris. Il est sur le droit chemin et il est en train de construire une grosse équipe. Je trouve qu’il a notamment équilibré son effectif au niveau des lignes arrière, avec une alternance de vitesse et de puissance.»

Le Figaro.fr