Rugbysme, Apologie de la Violence: La déclaration de Guerre du XV de France

Fabien Galthié et Raphaël Ibanez parlent posément. Ils sourient souvent, affichant leur bonheur d’être là. Rigolent franchement à deux ou trois reprises. Complices. Une attitude qui contraste avec les mots employés, le discours martial assumé. Le sélectionneur de l’Angleterre, Eddie Jones, avait allumé la mèche en début de semaine. Soulignant que les jeunes Bleus n’étaient pas préparés à «la brutalité physique» qu’ils allaient subir dimanche au Stade de France, en ouverture du Tournoi.

C’est l’ancien talonneur, désormais manager du XV de France, qui lui répond directement. Avec un rictus entendu. «Des petites phrases, ça fait trente ans que Fabien et moi on en entend. Cela ne nous laisse qu’une seule option: en sourire… Ce concept de violence physique est intéressant, mais c’est plus facile de l’exprimer quand on est certain d’être en tribunes et non sur le terrain…»

À ses côtés, le nouveau sélectionneur jubile. Et enchérit. «On l’entend et on va en faire bon usage.» Fabien Galthié reste

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.
 

 

Le Figaro.fr