Rome (Italie) , ils aiment leurs femmes: Des italiens-blancs refusent des blanches dans les tribunes de leur stades

LE SCAN SPORT – Un tract sexiste distribué par les Ultras de la Lazio Rome, en marge de la réception de Naples, n’a pas manqué de créer une vive polémique dans le monde du football italien.

Un tract. C’est de cette manière que les supporters les plus virulents de la Lazio Rome, plus communément qualifiés d’Ultras, ont affiché leur sexisme ce dimanche. Ils ont en effet distribué un message controversé aux spectateurs de la tribune nord du Stadio Olimpico, celle où ils prennent habituellement leurs quartiers. C’était à l’occasion de la rencontre avec Naples, finalement perdue 2-1, pour le compte de la première journée de Serie A, le championnat italien.

Sur ce mot, on peut lire que la «tribune Nord représente un lieu sacré, une ambiance avec un code non-écrit à respecter. Nous [Les Ultras] considérons depuis toujours les premières rangées comme une ligne de tranchée.» Ainsi, les règles imposées varient en fonction du sexe des spectateurs: «Ici, nous n’acceptons pas les femmes, les épouses et les fiancées et nous les invitons à s’installer au-delà du 10e rang».

Un commentaire pour le moins misogyne accompagné d’une remarque peu délicate: «Nous invitons ceux qui ont choisi le stade comme alternative à une journée romantique à Villa Borghese [un parc de la ville] à choisir une autre tribune.». Ce texte est signé par un certain «Executif Diabolik Pluto», un surnom inconnu des forces de l’ordre d’après les médias italiens. «Diabolik» est toutefois le nom donné à Fabrizio Piscitelli, l’un des leaders des Irriducibili, le plus important groupe de supporters romains.

Les Ultras de la Lazio n’en sont pas à leur premier scandale. En octobre dernier, des autocollants à caractère antisémite avaient été retrouvés sur les sièges au virage Sud, à l’emplacement des supporters de l’AS Rome, club rival de la Lazio, avec lequel il partage le Stade Olympique. On pouvait y voir le portrait d’Anne Frank avec un maillot de la Roma et les messages suivants: «Romains hébreux», «Romains pédales» ou «Romains pestiférés». Cet acte de vandalisme avait alors été attribué aux Ultras de la Lazio, qui avaient dénoncé «un théâtre médiatique» de la part de ceux qui veulent «porter atteinte à l’image de la Lazio». Au même moment, la tribune Nord était fermée pour deux matches, car certains Ultras avaient proféré des chants racistes à l’encontre de deux joueurs de Sassuolo.

Le Figaro