République de Kanakye: Philippe Gomès (de type métèque espagnol) parle au nom d’un peuple qui l’a acceuilli

C’était attendu et il n’y a pas eu de surprise. Le 18e comité des signataires, chargé du suivi de l’accord de Nouméa du 5 mai 1998, a accouché, vendredi 14 décembre, d’un accord minimal… pour constater qu’il n’y avait pas d’accord. « Cela s’est passé le moins mal possible », dit, satisfait, Philippe Gomès, au nom de Calédonie ensemble (droite modérée). « On a acté les désaccords sur le plan politique », résume Sonia Backès, la cheffe de file des Républicains calédoniens.

Six semaines après le référendum du 4 novembre, qui a vu le non à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie l’emporter par 56,7 %, contre 43,3 %, le rapprochement des positions était illusoire, alors que doivent se tenir le 12 mai 2019 – la date a été arrêtée lors de cette réunion – les élections provinciales qui décideront de la majorité au Congrès et, par voie de conséquence, au gouvernement du territoire.

Le Monde