Radicalisation Tatouage, Pigementation Leukoderme: Le tatouage colle à la peau des femmes(Marchandisation de leur Femme)

Quel que soit le motif ou la couleur, le tatouage doit avant tout être esthétique pour les femmes. Les tabous, voulant que cela soit pour les durs, sont tombés depuis longtemps. Un phénomène sociétal émerge qui se répand de manière virale. Durant ces deux jours, au salon du tatouage de Tergnier, elles n’ont pas hésité un moindre instant à passer sous les aiguilles des tatoueurs.

Il faut distinguer les sujets, qui se font poser un piercing ou un petit tatouage sur un endroit précis, et ceux dont le corps est presque entièrement recouvert de tatouages. La problématique est différente dans les deux cas. Il peut être caché pour ne le partager qu’avec son compagnon. Le but des premiers est d’imiter les membres de leur groupe et elles sont souvent adeptes des phénomènes de mode. À l’image de Séverine Simon, la Saint-Quentinoise de 34 ans, qui a « craqué » à sa majorité avec sa meilleure amie lors des grandes vacances dans le sud. « Quelque chose de discret, un joli papillon », lâche-t-elle.

Maryline Schmidt, la Folembraysienne de 45 ans, se range également du même côté, celui de l’esthétisme même si ce dernier dessin corporel représente le sigle du groupe U2, puisqu’elle fait partie du fan club. Toujours est-il que ces deux femmes, qui aiment ces bijoux de peau, possèdent déjà l’une et l’autre, pas moins de sept tatouages. Surtout, elles ne veulent pas être reconnues comme « de vraies tatouées » et encore moins des « alcooliques du tatouage ». « Le tatouage n’est pas obligatoire, parfois, il se passe deux, voire trois ans pour retrouver un motif qui me fait craquer » soufflent-elles en chœur. Bref, on l’aura compris, le monde du tatouage n’est pas l’apanage des hommes.

Aisnenouvelle.fr