Radicalisation Tatouage, Marchandisation de leur femme: Julie Boutin élue « plus belle femme tatouée des Hauts-de-France »

Une jeune Roquestorienne, Julie Boutin, a été élue « plus belle femme tatouée des Hauts-de-France » il y a quinze jours lors du concours « Miss Ink Girl ». Cette jeune maman veut faire évoluer les mentalités sur les tatouages et lutter contre les préjugés. Le 4 mai prochain, elle disputera la finale nationale en Alsace, là où est né ce concours il y a trois ans

Julie Boutin, a été élue plus belle femme tatouée des Hauts-de-France, il y a quinze jours. Pour cette Roquestorienne, âgée de 33 ans, ce concours Miss Ink Girl est bien plus qu’un championnat de beauté. « Il y a six ans, j’ai commencé à me tatouer avec les noms de mes filles et de mon petit garçon que j’ai perdu », témoigne Julie.

Depuis d’autres tatouages ont noirci sa peau : bras droit, jambe droite qui sera terminée en fin d’année, ventre, dos, et bientôt le torse, sont recouverts de tatouages floraux ou animaliers car « c’est une cause qui me tient à cœur », dit-elle.

« Un art »

« Le tatouage c’est un art, on peut exprimer des choses qu’on ne peut pas dire à l’oral. Ils permettent aussi de se différencier des autres. » Pour ça, pas de problème, Julie Boutin sort du lot : elle a été remarquée par l’organisation du concours pour ses tatouages bien sûr – le corps des concurrentes doit être tatoué à 30 % minimum – et pour son éloquence, et l’histoire de ses tatouages.

« J’ai été surprise d’être choisie pour représenter la région, je ne pensais pas être sélectionnée. Je pense que l’entretien avec la direction du concours a beaucoup joué », glisse la jeune femme, qui regrette toutefois le comportement de certains internautes. « L’élection régionale devait se disputer sur Facebook sur les votes de photos mais il y a eu tellement de messages méchants que les organisateurs ont dû faire la sélection en interne. »

Voix du Nord