Quimper (26), Radicalisation Tatouage: La convention du tatouage s’achève (enfin …)

La première convention de tatouage s’est achevée dimanche. Son organisateur Cédric, tatoueur à Châteaulin, et l’association Tatave et Lulu envisagent une seconde édition dès l’année prochaine. Réponse attendue cette semaine.

Les entrées n’avaient pas encore été toutes comptabilisées pour cette première Tattoo convention Quimper à Lanniron. Côté organisation en tout cas, avec une trentaine de bénévoles, cinq agents de sécurité à l’entrée, l’association a réussi son pari de donner un aspect familial à cette animation avec ses espaces séparés.

AdChoices
PUBLICITÉ

« Relancer les conventions d’avant, celles où les tatoueurs se retrouvent », c’est l’idée qui a inspiré Cédric, tatoueur à Châteaulin, pour organiser, durant deux jours et demi, à Lanniron, Tattoo convention Quimper qui a pris fin dimanche soir.

La recherche de l’authenticité

 

Cette première édition a ainsi regroupé près d’une quarantaine de tatoueurs professionnels. « Ils sont venus grâce au relationnel, aucun n’a postulé ou a fait acte de candidature. Ils sont là parce qu’ils nous ont été conseillés », précise-t-il. La convention a ainsi accueilli un tatoueur japonais installé à Paris, un Russe, un Mexicain. Également présent dès l’entrée de l’Orangerie de Lanniron, Te Naka, tatoueur tahitien. « J’ai été contacté grâce à la notoriété de mon oncle, un de mes professeurs, Vatea Labbeyi », explique-t-il. C’est la première fois qu’il foulait le sol quimpérois, plus habitué à se rendre à Berlin, Milan, Barcelone ou Paris et bien sûr dans les îles du Pacifique, en Australie et en Nouvelle-Zélande. « Je circule beaucoup dans les festivals, les conventions internationales ou comme guest », explique-t-il.

« Le tatouage représente toute la culture Maori, les racines », commente-t-il en travaillant tout à la fois avec des outils traditionnels, comme une dent de requin, qu’avec les technologies les plus modernes.

Autant dire que Cédric revendique pour sa convention une authenticité et veut se démarquer des manifestations commerciales.

Une autre convention dans trois semaines

 

Le calendrier fait que deux conventions de tatouage sont organisées à Quimper à trois semaines d’intervalle. Les deux premières conventions du genre localement.

Les 28, 29 et 30 septembre se tiendront en effet au parc des expositions de Penvillers une convention baptisée, elle aussi, Tattoo Convention Quimper. Aux manettes cette fois, Phil Kergonna qui organisait, dimanche, les Puces de Locmaria. Il est aussi connu pour être l’organisateur du salon des antiquaires qui se tient, en novembre, au parc des expositions.

Telegramme