Racisme Intra-Blanc: Segolène reproche à Macron ses liens avec « le business mondialisé » dopé aux « retraites chapeaux. »(Rappel: La description de son humiliation par François Hollande pendant des années)

Featured Video Play Icon

En plein mouvement social, Ségolène Royal donne dans la surenchère démagogique en ciblant, une fois de plus, le chef de l’État. On ne change pas une recette qui marche. Emmanuel Macron a annoncé qu’il renonçait à l’indemnité mensuelle que touchent à vie les anciens présidents (6 220 euros brut par mois, un très avantageux régime spécial) et, illico, il s’est attiré les foudres de l’ambassadrice chargée de la négociation internationale sur les pôles arctique et antarctique. « La vraie question, c’est de savoir s’il renonce à retourner après l’Élysée dans le monde du business mondialisé avec les énormes retraites chapeaux qui vont avec et dont les montants sont sans commune mesure », a dégainé sur Twitter l’ancienne ministre de l’Écologie.

Ségolène Royal

@RoyalSegolene

 

La vraie question c’est de savoir s’il renonce à retourner après l’Elysee dans le monde du business mondialisé avec les énormes retraites chapeaux qui vont avec et dont les montants sont sans commune mesure … https://twitter.com/le_parisien/status/1208495745499910145 

Le Parisien

@le_Parisien

 

Emmanuel Macron annonce renoncer à sa retraite de président de la République > http://www.leparisien.fr/politique/emmanuel-macron-renonce-a-sa-retraite-de-president-21-12-2019-8222742.php 

3 100 personnes parlent à ce sujet
 
 

Une critique dans l’air du temps. À gauche, de nombreux députés ont dénoncé le « coup de com » du président, le secrétaire national du PCF Fabien Roussel relativisant ce « renoncement » d’une formule percutante : « C’est un luxe que tout le monde ne peut pas se payer. » Surfant sur la vague, Ségolène Royal va plus loin : sa rhétorique très années 1930 dépeint Emmanuel Macron en suppôt du grand capital, auquel il se vendra dès qu’il aura quitté l’Élysée pour bénéficier de millions d’euros de retraite chapeau. Succès populaire garanti.

Le « spectre » des retraites chapeaux

Sauf que, factuellement, le raisonnement de madame Royal ne tient pas. En 2014, alors qu’elle était ministre de l’Écologie, son confrère de l’Économie, un certain Emmanuel Macron, chargeait l’Igas d’une mission sur la suppression des retraites chapeaux, après une série de scandales liés à ces régimes (l’ex-PDG d’Orange Didier Lombard venait de bénéficier d’un pactole confortable de près de 347 000 euros par an.) Quelques mois plus tard, l’Igas livrait de premiers chiffres : les retraites chapeaux concernaient au total à peine 200 000 pensionnés, dont 84 % percevaient une rente annuelle inférieure à 5 000 euros. Et la pratique était – déjà – de moins en moins en vogue : « Le nombre de personnes ayant liquidé depuis 2010 une rente supérieure à 300 000 euros ne peut être supérieur à 50 », précisait le rapport.