Racisme Intra-Blanc, Leukocratie: François Hollande(3% dans les sondages)« Je suis la première victime d’Emmanuel Macron »(sic)

Featured Video Play Icon

Depuis son départ de l’Elysée en mai 2017, c’est certainement l’une des questions qui hante le plus François Hollande : Emmanuel Macron lui aurait-il succédé à la magistrature suprême s’il ne lui avait pas mis, lui-même, le pied à l’étrier politique ? D’abord en le nommant conseiller à l’Elysée, puis ministre de l’Economie.

Alors que la France est touchée par un vaste mouvement de contestation contre le projet de réforme des retraites, la question prend encore une autre tournure. Invité mercredi 18 décembre de la matinale de France-Inter, François Hollande a distillé ses conseils au gouvernement actuel sur la manière de conduire la réforme face à la colère.

Mais le débat a tout à coup dévié. Le journaliste Nicolas Demorand explique qu’il y a « énormément de questions » d’auditeurs posées sur un même thème, et de citer deux exemples : « François Hollande, je vous en veux tellement d’avoir ouvert les portes de la politique à Emmanuel Macron » ; ou encore « Monsieur le président, comment en êtes-vous arrivé à prendre quelqu’un de droite dans votre gouvernement ? Etiez-vous conscient que vous alliez tuer la gauche et le PS ? » François Hollande choisit alors de répondre, non du point de vue national, mais du point de vue personnel :« S’il y a une victime, la première, c’est moi. J’en ai payé suffisamment le prix y compris en n’étant pas candidat à l’élection. Mais c’est vrai qu’il y a eu cette dissidence et il a utilisé la position qui était la sienne pour faire valoir ses positions, ses idées, sa campagne présidentielle. »

Nouvelobs