Racisme anti-blanc: ((Pierre Moscovici)) insulte les électeurs italiens

Featured Video Play Icon

Pierre Moscovici, prenant ce jour la parole lors d’une la conférence de presse au siège de la Commission européenne à Paris, a établi un parallèle entre les années 1930 et l’Europe d’aujourd’hui, dans laquelle «il n’y a pas d’Hitler» mais probablement quelques « petits Mussolini ». Une référence directe au ministre italien Matteo Salvini.

« Des références peuvent venir à l’esprit, auxquelles je suis plus sensible, peut-être à cause de mon histoire. Je suis le fils d’un Juif roumain qui a dû fuir son pays pour éviter les pogroms, le fascisme et l’asile en France. Mon père était réfugié et quand je suis né, mon père arrivé en 1937 était encore un réfugié apatride. Ma mère, pour éviter de porter l’étoile jaune des Juifs, était cachée par des Justes en Lozère. Je pense que le climat actuel ressemble beaucoup aux années 1930. Bien sûr il faut comparer les choses, heureusement il n’y a pas de bruit des bottes, il n’y a pas d’Hitler … Mais probablement des petits Mussolini. Comme l’a dit Raymond Aron, l’Histoire est tragique et nous devons éviter la dérive vers les heures les plus sombres. C’est la responsabilité des Européens. »

Luigi Di Maio, dirigeant du mouvement 5 étoiles, a réagi cette après-midi à ces propos :
« L’attitude de certains commissaires européens est inacceptable, vraiment insupportable. Du haut de leur Commission européenne, ils se permettent de dire que des petits Mussolini dirigent l’Italie… Il ne devraient pas se permettre cela ! »

Corriere della Sera