Racisme anti-blanc: Le Président Jupiter™ veut détruire le Rassemblement National

Le gel des 2 millions d’euros de dotations publiques pourrait porter un coup fatal au parti dirigé par Marine Le Pen 

Marine Le Pen, en visite dimanche dans le Pas-de-Calais, a estimé que “nous risquons la mort du Rassemblement national”, si la décision de justice le 26 septembre confirmait le gel du versement de 2 millions d’euros d’aides publiques. 

“Au mois de juillet, ils (les juges financiers parisiens) ont fait un hold-up sur notre dotation publique, mettant le mouvement que je préside dans une situation extrêmement difficile. Nous sommes évidemment sous le coup d’une épée de Damoclès”, a déclaré la présidente du RN (ex-FN) à la presse, lors d’un déplacement à Hénin-Beaumont.

AdChoices
PUBLICITÉ

“Le 26 septembre, une décision va intervenir. Si elle est négative, nous risquons la mort du Rassemblement national”.

“Je leur dirai ma manière de penser”

Celle qui est aussi députée de la 11e circonscription du département est à nouveau convoquée devant les juges, dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs au Parlement européen. “Je leur dirai ma manière de penser”, a-t-elle répondu, sans dire si elle se conterait d’une simple déclaration, comme lors de sa mise en examen en juin 2017.

L’enquête cible 17 députés et une quarantaine de collaborateurs parlementaires, pour un préjudice évalué par le Parlement européen à 6,8 millions d’euros, entre 2009 et 2017. Le 28 juin, les juges ont ordonné la saisie de 2 millions d’euros d’aides publiques qui devaient revenir au RN, le qualifiant d’”organisateur des détournements”.

Le RN, qui a formé un recours contre cette décision, saura le 26 septembre si la justice confirme ou non la saisie.

“Les coups sont de plus en plus durs, sont de plus en plus nombreux, mais s’ils croient qu’ils vont nous déstabiliser, ils se trompent, car plus nous sommes attaqués, plus nous sommes renforcés dans nos convictions et dans notre volonté de gagner”, a déclaré l’ancienne finaliste à l’élection présidentielle de 2017.

“Notre heure est venue”

Lors de son discours, prononcé à sa permanence, elle est également revenue sur les élections européennes de 2019, et a exhorté les militants à être à “ses côtés”.

“On voit se lever partout des forces populaires”, a-t-elle déclaré, en citant la Hongrie, la Pologne, l’Autriche “et peut-être aujourd’hui, la Suède” où se tiennent des élections législatives. “Tout semble dire que notre heure est venue.”

Sud Ouest