Racisme Anti-Blanc.he: Nancy Sohie, ex-patineuse, quatre ans sous l’emprise de son entraîneur : « Tout le monde savait »

Sur la table à manger du salon de sa maison niortaise, Nancy Sohie, 52 ans, a aligné des petits carnets. Des semainiers de bureau aux couvertures fines et brillantes, dont les pages ont jauni.

Ce mardi après-midi, à mesure qu’elle les lit, l’ex-patineuse d’origine belge exhume son adolescence de sportive. Au stylo-bille ou au feutre coloré sont inscrits les horaires d’entraînement, les sauts sur lesquels elle travaille mais aussi les événements importants de sa vie. Devant la case du 17 août 1982, Nancy Sohie a écrit « Summer 82 » en rose.

C’est une référence au film « Summer of’42 » (« Un Eté 42 »), de Robert Mulligan, dans lequel un adolescent de 15 ans a une relation sexuelle avec une femme de deux fois son âge, alors que son mari est parti à la guerre. Trente-huit ans après, Nancy Sohie explique que c’est à cette date qu’elle a eu son tout premier rapport sexuel avec son entraîneur de l’époque, le patineur international Jacques M.. Elle avait 14 ans, il en avait 32.

« Niet naar school, naar Dunkerque », (« Je ne vais pas à l’école, je pars à Dunkerque ») écrit-elle un an plus tard, le 1er septembre 1983, alors que son mentor vient de convaincre ses parents de leur confier leur fille, pour un jour faire d’elle une championne. A l’époque, l’homme vit dans une caravane qu’il transporte en fonction de ses contrats.

Les trois années qui suivent sont des années d’emprise aussi bien sexuelle que morale, raconte Nancy Sohie.

Nouvelobs