Racisme Anti-Blanc.he, Leukodécadence: Bernard Pivot sur l’affaire Matzneff”Dans les années 70 et 80, la littérature passait avant la morale”(sic)

Featured Video Play Icon

La polémique sur l’affaire Matzneff alimente les réseaux sociaux et les médias d’heures en heures. Le coup d’envoi a eu lieu le 26 décembre avec l’annonce du prochain livre de Vanessa Springora Le Consentement. Au travers de 200 pages, elle retrace sa relation houleuse avec l’écrivain «G.M.», alias Gabriel Matzneff. L’auteure dénonce ouvertement les actes de pédophilie de l’écrivain.

En plein cœur de la polémique, l’Institut national de l’audiovisuel (INA) a ressorti jeudi une archive de l’émission «Apostrophes»datant de 1990 et présentée par Bernard Pivot. Dans ce court extrait, Gabriel Matzneff est interrogé sur ses attirances pour les très jeunes femmes. L’animateur et fondateur de l’émission lui demande pourquoi il s’est spécialisé «dans les lycéennes et les minettes». Gabriel Matzneff répond, sourire aux lèvres, qu’une fille «très, très jeune est plutôt plus gentille». Seule la romancière canadienne Denise Bombardier intervient, le comparant à ces «vieux messieurs» qui attirent les enfants avec des bonbons.

Vanessa Springora espère à travers son livre, dont la publication est prévue le 2 janvier, «apporter une petite pierre à l’édifice qu’on est en train de construire autour des questions de domination et de consentement, toujours liées à la notion de pouvoir». À l’heure actuelle, l’âge de la majorité sexuelle est fixé à 15 ans. En dessous, toute relation sexuelle avec un majeur équivaut à une «atteinte sexuelle».

 

Lauréat du Renaudot essai 2013, Gabriel Matzneff, 83 ans, a longtemps été une figure du milieu littéraire. Il n’a jamais été condamné par la justice. Dans un message à L’Obs, il a fait part jeudi de sa «tristesse» au sujet d’un «ouvrage hostile, méchant, dénigrant, destiné à (lui) nuire».