Quimper(29), Radicalisation Tatouage, Racaille Bretonne: “Le Tatouage, c’est un mode de vie”

La Tattoo convention, ce week-end à Penvillers, attire la foule. Les convertis croisent les néophytes. Des lycéens suivent le chemin ouvert par leurs aînés. Le tatouage les réunit.

« Mon premier tatouage, je l’ai fait lorsque j’avais 30 ans. Un aigle. Je l’ai fait recouvrir depuis, il était tellement moche ! Beaucoup de choses ont changé depuis. Techniquement d’abord, les machines sont très légères. L’hygiène a fait des progrès. Il y a davantage de motifs.

Quand je me suis fait tatouer la première fois, je travaillais chez Peugeot à Poissy, le tatouage était mal vu par la hiérarchie. Il fallait pas trop le montrer. Aujourd’hui, c’est devenu une mode. Pour moi, le tatouage c’est un mode de vie ! Une fois qu’on commence, on devient accro. Je ne sais pas ce qu’ils mettent dans l’encre ! Mon dos, mes jambes, le torse, le cou sont tatoués. Et j’aurais pu faire un tatouage supplémentaire aujourd’hui !

Ça peut être douloureux : la colonne vertébrale, les mollets par exemple. Mais je n’ai jamais eu de problèmes. Et mes trois enfants sont tatoués. »

Morgan, 17 ans

« Je viens chercher des idées pour mon premier tatouage. Si je peux me faire un joli tatouage aujourd’hui, je le ferai. »

Ouest France