Quimper (29), Racaille Bretonne, Radicalisation Tatouage: Promotion de la Scarification

Les filles se sont aussi fait leur place dans le milieu du tatouage. Glen Coco, la Lilloise, présente ce week-end à la Tattoo convention, en est la parfaite illustration.

« Il y a encore un peu plus de garçons mais je dirais qu’on est maintenant à 40/60 », s’amuse Glen Coco, une jeune Lilloise âgée de 24 ans qui a commencé son apprentissage il y a trois ans et tatoue depuis un an chez Noémie Alazard Tatouage, un salon qui regroupe quatre filles. Cette ancienne graphiste de formation a tout lâché pour un rêve qui lui semblait jusqu’alors inaccessible et ne regrette pas son choix. « C’est un milieu assez fermé mais une fois qu’on est dedans, c’est cool », avoue la pétillante jeune femme, dont le look accroche le regard.

AdChoices
PUBLICITÉ

Un univers assez féminin et coloré

 

« Dans ce salon ouvert, il y a deux ans, on est quatre filles et on travaille toutes dans le même esprit. C’est assez féminin et assez coloré. L’univers de Noémie est très naïf et se rapproche des dessins d’enfants. Moi, je fais des dessins avec des grosses lignes et des couleurs bien pétantes. Ortie Flamme fait des personnages avec des grands yeux inspirés des mangas et Pika Lily a un univers très poétique, avec ses enfants perdus qui ont des corps d’enfants avec des têtes d’animaux. On se complète bien », précise Glen Coco, dont les dessins attirent aussi bien les filles que les garçons.

Deux jeunes filles de la région de Nantes n’avaient pas hésité, ce samedi matin, à faire le déplacement jusqu’à Quimper pour se faire tatouer par ses soins après avoir découvert son travail via les réseaux sociaux.

Une bonne ambiance

 

Tout au long du week-end, les tatoueurs présents originaires de la région mais aussi venus de Paris, Nîmes ou d’Italie mettent ainsi leur talent à la disposition du public. Les visiteurs sont aussi invités à assister à des concours de tatouage mais aussi à des démonstrations et des initiations de skate board avec le Sammy Skate Club, de danse avec le M’Pole dance de Pont-de-Buis ou à participer à des balades à moto avec l’association contre le harcèlement scolaire. Et pour assurer l’ambiance, les organisateurs ont fait appel à Pascal Tourain, l’homme tatoué intégralement (hormis les mains et le visage) par le célèbre tatoueur parisien Tin-tin. Il officie en tant que maître de cérémonie et sait mettre tout le monde très à l’aise.

 

Telegrame de Brest