Pigmentation Leukoderme, Radicalisation Tatouage:Alex Kersaudy(de type métèque séfarade) à propos de son tatouage« C’était dégueulasse »

« C’était dégueulasse ». Lors d’une soirée trop arrosée, le Pont-l’Abbiste Alex Kersaudy, professeur de surf à La Torche (sud-Finistère), se tatoue lui-même la cuisse. Fin 2018, il répond à l’appel de l’émission Tattoo Cover pour faire recouvrir les dessins par un professionnel. Résultat ce jeudi soir à la télé (*).

Fin 2017. À une centaine de kilomètres au sud de Sydney. Alex Kersaudy donne des cours de surf sur la côte est australienne. Il profite d’un visa vacances-travail avec deux amis français. Le trio rencontre d’autres jeunes, dont l’un équipé d’une machine à tatouer. La suite, vous la devinez. Elle rappelle la comédie à succès “Very Bad Trip”. Une soirée arrosée, des défis. Chacun tatoue l’autre. Alex poussera l’idée jusqu’à tatouer lui-même sa cuisse gauche. Pas un seul dessin. Quatre. Tant qu’à faire…

Alex a 24 ans. Il habite aujourd’hui Pont-l’Abbé (sud-Finistère) et a fait de sa passion pour le surf sa profession. Il enseigne à la pointe de La Torche. La culture surf, c’est aussi, pour lui, le skate, la musique (rock, métal) et… les tatouages. Pour le premier, il a dû attendre d’avoir 18 ans. « Ma mère n’adhérait pas trop ». Alors les tatouages australiens… « Au début, je m’en fichais, explique le jeune homme. Mais plus les jours passaient, plus je me rendais compte qu’ils étaient dégueulasses. Je suis professeur de surf, je dois souvent me déshabiller. Surtout, j’ai sur d’autres parties du corps des tatouages réalisés par des professionnels ». La comparaison n’est pas flatteuse.

Recouvrir les « tatouages de la honte »

À la rentrée 2018, il répond à un appel lancé sur les réseaux sociaux par l’émission Tattoo Cover, sauveurs de tatouages. Un programme de télé-réalité d’origine britannique diffusé sur la chaîne TFX (anciennement NT1, groupe TF1). Le principe : quatre « virtuoses du tatouage mondialement connus », selon les termes de l’émission, font disparaître des « tatouages de la honte ». Comment ? En les recouvrant par de nouvelles créations. Comme dans l’émission The Voice, le candidat peut choisir celui parmi les quatre professionnels qui viendra recouvrir ses dessins ratés.

Le Telegramme.fr