Pigmentation Leukoderme, Radicalisation Tatouage: Jean-Marc Bassand dénonce une évolution qui tire cette activité vers le bas(sic)

Featured Video Play Icon

« Lors de la première édition, je voulais démocratiser les tatouages en expliquant que le tatouage touchait tout le monde, était un art. Aujourd’hui, comme beaucoup de choses, notre passion est devenue un business ouvert à tous. Il y a eu cette ouverture du domaine qui nous a totalement dépassée. »Gérant de la Main Noire , qui fête ses 5 ans aujourd’hui, Jean-Marc Bassand l’assure, malgré ce changement de discours, le Tattoo show n’a pas changé. « J’ai fait des conventions dans des villes beaucoup plus grandes et Besançon reste dans le top 5 des Tattoo Show. C’est une occasion pour les tatoueurs de présenter leur création auprès d’un public super-large. Cette année on recentre le tatouage sur la qualité. »

Pas encore reconnu comme un vrai métier, le tatouage est une passion devenue une véritable source de revenus pour certains. Le prix moyen étant 100 € l’heure de travail, la sélection du Tattoo show est d’autant plus minutieuse. « Il faut que le public dispose d’un choix varié et surtout de vrais pros. Je reçois chaque année 400 à 500 demandes. 227 artistes seront présents, pour un maximum de

Est Republicain