Militaro-Blanchisme: Jupiter prend une nouvelle claque en Egypte

Fincantieri est très proche de vendre deux frégates multimissions (FREMM) à la marine égyptienne. Deux frégates prélevées sur le programme de la Marina militare (9e et 10e) : Spartaco Schergat et Emilio Bianchi.

Depuis la visite d’Emmanuel Macron en Egypte en janvier 2019, les mauvaises nouvelles pour l’industrie d’armement française se multiplient. Après ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), qui a vendu l’année dernière six frégates Meko A200, c’est au tour du partenaire stratégique de Naval Group, l’italien Fincantieri d’être très proche de vendre deux frégates multimissions (FREMM) à la marine égyptienne. Ces deux frégates seront prélevées sur le programme de la Marina militare (9e et 10e) : Spartaco Schergat et Emilio Bianchi.

Résultat, l’Italien peut vendre les deux frégates à prix cassés à l’Egypte pour un montant estimé à 1,2 milliard d’euros. Soit pratiquement le prix de la FREMM vendue en 2015 par la France à la marine égyptienne. Pour cette opération, Fincantieri bénéficie du soutien de la Cassa Depositi e Prestiti (CDP), qui est prêt à consentir un prêt à l’exportation avec l’octroi d’une garantie pouvant aller jusqu’à 500 millions d’euros. Faut-il également rappelé que l’allemand Diehl a remporté la compétition pour la livraison de sept systèmes complets de défense sol-air.

Pourquoi l’Egypte oublie la France

Lors de sa conférence de presse du 28 janvier 2019, Emmanuel Macron, sous la pression des ONG, s’était autorisé, sans concertation avec son homologue, à faire la leçon de morale sur la société civile et les droits de l’homme au président égyptien le maréchal Abdel Fattah Sissi. “On ne donne pas la leçon au Pharaon chez lui sans le prévenir”, nous avait expliqué un industriel à l’époque. Une erreur fatale dans les relations entre la France et l’Egypte, qui fait payer à Paris cet affront.

 

Le résultat a été très rapide : l’attaché d’armement français a été convoqué dans la foulée de la visite du président français pour se voir signifier la fin de la relation armement privilégiée avec la France, inaugurée en 2015 par l’ancien ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères (vente de quatre corvette Gowind Combat, de deux Mistral, d’une frégate FREMM et de 24 Rafale). Désormais, la France devra affronter la concurrence, le gré à gré étant terminé et l’âge d’or au Caire révolu.

Le désastre français en Egypte

Résultat, tous les projets français dans le domaine de l’armement ont pris l’eau. Les 12 Rafale supplémentaires jugés trop chers ont été mis de côté, et ce indépendamment du problème d’autorisation export du missile Meteor (ITAR) qu’Israël ne souhaite pas voir sur les avions de combat égyptiens. Les Égyptiens pourraient acheter du F-15. Le dossier des hélicoptères pour l’armée de l’air (12 H225M) est également jugé cher et pas assez convaincant sur le plan technique. De son côté, Leonardo Helicopters semble avoir signé un contrat d’exportation d’une vingtaine d’appareils destinés au transport de troupes à terre et à bord des navires (AW149 ). Enfin, l’option des deux corvettes Gowind Combat (Naval Group) semble enterrée.

La France s’est fait complètement sortir ou presque du marché de l’armement égyptien. La nature ayant horreur du vide, la concurrence s’est engouffrée dans la faille créée par l’erreur diplomatique incroyable d’Emmanuel Macron…

La tribune.fr