Lyon(69), Leukodécadence: Matt et Anna se lancent dans le porno…

Matt et Anna, Lyonnais de 25 ans, se sont lancés il y a quatre ans dans le porno amateur. Confidences en coulisses.

Matt et moi, nous nous sommes connus à la maternelle. A l’adolescence, nous avons flirté chacun de notre côté avant de nous rendre à l’évidence: nous étions amoureux l’un de l’autre. Notre histoire a démarré au lycée. Le sexe n’a jamais été un tabou. Nous partagions nos fantasmes, nos désirs, nos impressions, comme deux amis qui grandissent et évoquent leurs découvertes. Au lit, cette proximité a pris une autre dimension. 

Cam et lieux insolites

Le premier terrain sur lequel nous nous sommes aventurés est celui des lieux insolites pour faire l’amour. A seize ans, nous nous filmions avec nos portables dans des cabines d’essayage, dans les champs, dans une voiture. Nous faisions ces vidéos pour nous. Nous ressentions une excitation à braver l’interdit, à flirter avec l’exhibitionnisme. Le sexe était plus précipité. C’était un jeu excitant qui nous amenait à redoubler d’imagination. 

 
 

Nous attendions de pied ferme notre majorité afin de pouvoir nous inscrire sur une plateforme de cam – qui propose des shows en live -, et sur une plateforme de porno amateur. Nous prenions tellement de plaisir à élaborer des scènes entre nous que nous voulions partager nos créations. Nous percevons le sexe comme un art et nous avons envie d’en faire profiter les gens, de leur offrir des contenus originaux et esthétiques. Procurer du plaisir est notre moteur. 

LIRE AUSSI>> Vincent, 33 ans: “Dans un lieu public, les rapports sexuels sont plus fous”  

“Ce n’est pas que du sexe, il y a tout un univers autour”

 

Aujourd’hui, nous faisons de la cam sur UfancyMe. En parallèle, nous réalisons des films pornos amateurs pour Pornhub. La concurrence est rude. Grâce à la cam, nous gagnons entre 1000 et 2000 euros par mois. Tout dépend du nombre de personnes qui se connectent. Pour les attirer, il faut être innovant. Regarder un live est gratuit pour les spectateurs, que l’on nomme les viewers. Ils paient lorsqu’ils souhaitent nous lancer des défis : retirer un vêtement, faire une pratique sexuelle. Être guidés nous stimule. 

L’Express