Lugbysme, Apologie de la Violence: Ben John, pratiquant le Lugbysme”Les effets d’une commotion cérébrale sont vraiment effrayant”

Cela fait plus d’un an que Ben John a joué pour la dernière fois dans l’union de rugby, mais il ressent toujours les effets d’une commotion cérébrale.

Mardi, à l’âge de 27 ans , il a pris sa retraite du sport. Une série de blessures à la tête ont eu des répercussions sur l’ancien centre Ospreys.

John souffre toujours de maux de tête et de sensibilité à la lumière – bien qu’il ait été blessé pour la dernière fois le lendemain de Noël 2017 – et, ce qui est peut-être le plus alarmant, son histoire n’est pas unique.

L’ancien attaquant gallois Jonathan Thomas et l’ancien membre des Saracens verrouillent Alistair Hargreaves parmi ceux qui ont été forcés de prendre leur retraite à la suite de blessures à la tête et les cas de commotion cérébrale au rugby continuent de s’empiler.

Leigh Halfpenny, l’arrière des pays de Galles et des Lions britanniques et irlandais, n’a plus joué depuis le dernier plaquage de l’Australien Samu Kerevi en novembre, tandis que son compatriote l’international gallois Ross Moriarty est actuellement mis à l’écart pour une raison similaire.

Ensuite, il y a un autre Lion, Justin Tipuric, qui a temporairement perdu la vue après avoir été victime d’une commotion en 2016, un an après que l’entraîneur du Pays de Galles, Warren Gatland, eut admis qu’il craignait que l’aile George North ne soit obligée de prendre sa retraite si elle subissait une nouvelle blessure à la tête.

La liste est longue et, pour John, chaque exemple est un rappel effrayant de sa propre épreuve.

“Les deux dernières années ont été vraiment effrayantes”, a-t-il déclaré à BBC Sport Wales.

“Cela a été difficile, pas seulement les symptômes. Ça a été une montagne russe d’émotions.”

John a annoncé au début de cette saison qu’il se retirait du rugby pendant un an pour tenter de se rétablir des trois blessures à la tête qu’il avait subies en 2017.

Le premier était contre Munster en février, le second contre les Cheetahs sept mois plus tard et, après être revenu dans l’équipe des Ospreys le Boxing Day, il avait subi le troisième et ultime coup décisif alors qu’il était tombé au sol après avoir disputé une balle haute avec l’aile de Scarlets. Steff Evans.

John pensait qu’une saison loin des exigences physiques du rugby professionnel pourrait l’aider à faire un retour complet, mais lors d’un récent test de fitness, les effets néfastes qu’il a connus lui ont dit le contraire.

“Le dernier, il y a environ huit semaines, avait mal à la tête et était sensible à la lumière”, a déclaré John.

“Les effets de ma dernière commotion, il y a un an, étaient les mêmes, mais beaucoup plus importants.”

“Des lumières vives, un manque d’énergie, une perte de concentration, toujours dans le brouillard, mais le pire pour moi était ma vision. Tout était flou et mes yeux ne pouvaient pas se concentrer très bien.”

BBC.com