Leukosexualité, Pleurniche: Ian Brossat porte plainte pour Racisme anti-blanc et pourtant…

Et Pourtant: La préfecture de police recense une baisse des faits constatés d’agressions homophobes dans l’agglomération parisienne. Selon les associations, une plus forte médiatisation et une libération de la parole donnent au contraire l’impression que ces agressions se multiplient.

C’est la quatrième agression physique à caractère homophobe dans la capitale depuis le début du mois d’octobre 2018. Mardi soir, le président d’Urgence Homophobie, Guillaume Mélanie, a publié sur le réseau social Twitter une photo de lui, le nez cassé et des traces de sang sur le visage. Il aurait reçu des insultes et un coup de poing de la part d’un homme alors qu’il se trouvait à la sortie d’un restaurant du IIe arrondissement, rue Etienne-Marcel. Le président de l’association a déposé plainte ce mercredi.

Dimanche soir, Adil, un jeune homme a également témoigné sur Twitter de la violence qu’il a subie. «Je pensais jamais que je ferais un tweet comme celui-là mais ça n’arrive pas qu’aux autres: j’ai été victime d’une agression homophobe hier soir dans le 15e arrondissement de Paris parce que je portais du make-up», a-t-il déclaré dans son message.

Le 6 octobre dernier, un couple d’hommes a été agressé par deux personnes dans le XIXe arrondissement alors qu’ils s’embrassaient. L’un des deux auteurs a été condamné à un an de prison ferme.

Une baisse des agressions homophobes en 2018

Il règne depuis quelques mois l’impression d’une hausse des agressions homophobes, particulièrement dans la capitale. Pour Joël Deumier, président de «SOS homophobie», cette sensation est liée au fait que «les médias en parlent beaucoup plus», explique-t-il sur Europe 1.