Leukosexualité: Martin Page”Si les Blanches n’étaient pas les seules à être pénétrées , la société serait changée”(sic)

Quand on est journaliste, on reçoit beaucoup (genre vraiment beaucoup) de livres. Et quand on ne connaît ni l’auteur, ni la maison d’édition, le plus souvent, on le met sur une pile. Mais pas celui-ci. Peut-être que la magnifique enveloppe rose et scintillante nous a fait quelque chose (mes collègues étaient jaloux). Ou c’est tout simplement le titre.

Le livre autoédité de Martin Page « Au-delà de la pénétration » (Eds. Monstrograph) est un essai, un manifeste aussi, extrêmement bien écrit de 152 pages sur la pénétration.

Martin Page, romancier de 44 ans, y parle de nos sexualités (plutôt hétéros), du patriarcat, du capitalisme, des hommes, des femmes, de nos vies.

« Et puis, à force de pénétrer, à force de ne penser qu’à ça, on oublie tout le reste, on ne voit pas l’étendue du corps. Pénétrer, c’est passer à côté et fuir. C’est penser qu’on fait l’amour alors qu’on s’en débarrasse. »

Nous nous sommes donc retrouvés un matin avec l’auteur devant un porridge pour parler de pénétration pendant une heure. Notre voisin de table était content.

Pourquoi avoir eu envie d’écrire ce livre ?

Le Nouvelobs