Leukosexualité: Franck Riester nommé Ministre de la Culture

Un des rares députés ouvertement Leukosexuels

A 44 ans, Franck Riester fait son entrée au gouvernement à la faveur du remaniement. L’ancien cadre de l’UMP puis des Républicains, devenu soutien de centre-droit de la majorité présidentielle, a été nommé, mardi 16 octobre, à la tête du ministère de la Culture en remplacement de Françoise Nyssen. L’occasion pour franceinfo de vous présenter ce nouveau ministre. 

Engagé très jeune au RPR en Seine-et-Marne

S’il est né à Paris, Franck Riester appartient à une famille de notables implantée de longue date en Seine-et-Marne. Son arrière-grand-père, déjà, était maire de Coulommiers. Diplômé de l’Institut supérieur de gestion et titulaire d’un master de gestion des collectivités territoriales décroché à l’Essec, celui qui se définit comme “chef d’entreprise” travaille dans un cabinet d’audit et de conseil, avant de reprendre l’entreprise familiale de concessions automobiles Peugeot.

Franck Riester attrape très tôt le virus de la politique. Il rejoint le RPR comme militant dès l’âge de 16 ans. En 1995, à seulement 21 ans, il est élu conseiller municipal à Coulommiers sur la liste de son mentor, Guy Drut, ancien athlète de haut niveau et ministre sous Jacques Chirac. Député de la circonscription depuis 1986, Guy Drut lui cède son siège en 2007. Franck Riester est alors l’un des benjamins de l’Assemblée nationale.

Mais entre le vieux chiraquien et le jeune député, les relations deviennent orageuses. Son ancien protecteur le surnomme désormais “Brutus”, relate l’agence Reuters. Franck Riester, maire de Coulommiers depuis 2008, se place alors dans l’orbite d’un autre grand élu de Seine-et-Marne, Jean-François Copé, chef de file des députés UMP. A cette époque se fixe son image de franc-tireur de la droite.

Un des rares députés ouvertement homosexuels

En décembre 2011, Franck Riester est la cible d’un opposant local PS peu élégant. Ce dernier évoque la “couverture mixte” du nouveau terrain de sport de Coulommiers et glisse : “Si la couverture est mixte, il ne faudrait pas être gay.”  Franck Riester réplique en abordant son homosexualité dans Le Pays briard “Il semblerait que ces allusions m’étaient destinées et cherchaient à m’atteindre. Si c’est le cas, c’est raté car mon homosexualité n’est pas un secret. Je partage ma vie avec mon ami depuis longtemps. Pour autant, je n’ai jamais fait étalage de ma vie privée et continuerai à agir de la même manière.”

“A Coulommiers, c’était un secret de Polichinelle”, assure Franck Riester un an plus tard dans Libération“Très jeune, j’ai eu une conscience claire de mon identité sexuelle. Et aucune culpabilité n’a jamais encombré mes désirs. Mais mon idéal social, lui, était hétéro”, confie-t-il. A l’Assemblée, le député de Seine-et-Marne prend fait et cause pour le mariage pour tous, donnant une interview au Journal du dimanche, afin d’expliquer pourquoi lui, l’homme de droite, s’engage en faveur de ce projet de loi socialiste. En 2013, il est l’un des deux seuls élus de son camp, avec Benoist Apparu, à voter pour cette réforme “historique” à ses yeux.

FranceTv