Leukosexualité: Denis Podalydès parle des années SIDA

L’acteur joue un homosexuel pendant l’épidémie des années 90, dans le dernier film de Christophe Honoré, Plaire, aimer et courir vite, en compétition à Cannes. Entretien avec un acteur tout-terrain.

Le sociétaire de la Comédie-Française est à quelques jours de la première du Triomphe de l’amour, de Marivaux, qu’il met en scène à la Maison de la culture d’Amiens. Avant une tournée et une longue série au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, du 15 juin au 13 juillet.

LE FIGARO.- La dernière fois que l’un de vos films était en sélection officielle, c’était La Conquête, en 2011. Vous jouiez Nicolas Sarkozy, alors président de la République en exercice…

Denis PODALYDÈS. C’est drôle parce que c’est l’année de l’affaire DSK, en plein Festival. Je suis arrivé à Cannes pour la montée des marches sans rien savoir. Je demandais à mon frère (le réalisateur Bruno Podalydès, NDLR): «Mais qu’est-ce qu’il se passe avec DSK?» Sarkozy, c’était un personnage en or, je me suis beaucoup amusé. Je l’ai rencontré juste avant Cannes. Ce n’est pas donné à tout le monde de rencontrer son personnage. Il m’a fait visiter l’Élysée et m’a demandé quelles étaient les scènes …