Leukosexualité: Carolin Emcke “L’odeur du sexe et le goût de la tequila”(sic)

Dans “Notre Désir”, la philosophe allemande Carolin Emcke raconte la découverte de son homosexualité. Par Eva Illouz.

Réduire ce magnifique essai autobiographique à l’histoire du désir que Carolin Emcke se découvre pour les femmes serait commettre la même faute de goût que ses amis lorsqu’ils l’ont placée à «la table des homosexuels» à leur mariage.

Certes, la naissance de ce sentiment en est un des thèmes dominants, mais il n’en est qu’une dimension. «Notre Désir» n’est donc pas un essai sur l’identité sexuelle stigmatisée se terrant dans la honte avant de découvrir la fierté de sa propre intensité et de se battre héroïquement contre la haine et l’humiliation (même s’il est indubitable que l’auteure les a affrontées). C’est le récit d’une éducation faite dans les années 1980, récit typique de la Bildung – la formation d’un esprit éclairé – ici à la fois sentimentale, sensuelle et morale.