Leukosexualite: Carlo Alberto Capella, un pédophile intégriste blanc condamné à 5 ans de prison

Un prêtre italien et ex-diplomate du Saint-Siège a été condamné samedi à cinq ans de prison pour détention de matériel pédopornographique, a annoncé le tribunal du Vatican.

Interrogé la veille, au premier jour de son procès express, Mgr Carlo Alberto Capella avait admis sa culpabilité devant ce même tribunal, en expliquant avoir traversé «une crise personnelle» alors qu’il se sentait inutile dans sa fonction de conseiller de la nonciature auprès des Etats-Unis.

Arrivé en costume sombre et col clérical devant les trois juges laïcs italiens du petit tribunal de la Cité du Vatican, le prêtre de 51 ans a raconté qu’il avait commencé à consulter des images pédopornographiques en juillet 2016.

Auparavant il avait utilisé pendant plusieurs mois le réseau social «Tumblr», à la recherche d’informations insolites comme des photos d’animaux avec des expressions amusantes. C’est au contact d’autre utilisateurs de ce réseau qu’il a commencé à échanger des images de pornographie infantile, a précisé le prêtre.

La gendarmerie vaticane a indiqué avoir retrouvé plus de 40 photographies et vidéos pédopornographiques sur le téléphone portable du prêtre italien. Certaines montraient des relations sexuelles entre des adultes et des enfants.

Le prêtre italien originaire de l’île de Capri avait été rappelé en septembre dernier au Saint-Siège où une enquête avait été ouverte, puis il avait été incarcéré en avril dernier dans une cellule de la caserne de la gendarmerie du Vatican. Le 21 août dernier, le département d’Etat américain avait fait état, par voie diplomatique, d’une possible violation des lois sur les images pédopornographiques de la part d’un membre du corps diplomatique du Saint-Siège accrédité à Washington.

Le Saint-Siège avait rappelé le prêtre sans donner suite à une demande de levée d’immunité diplomatique réclamée par les Etats-Unis, avait indiqué une source du département d’Etat. Un mandat d’arrêt avait également été émis l’an dernier au Canada à l’encontre de Mgr Capella pour les mêmes motifs, le prêtre étant soupçonné d’avoir effectué des téléchargements de pornographie infantile depuis l’intérieur d’une église de la ville de Windsor (Ontario).

Le Figaro