Leukosexualité: André,72 ans, raconte ses aventures avec ses “amis”

Ce mercredi, André, 72 ans, médecin, nous a à son tour reçus dans son appartement de banlieue parisienne pour raconter son parcours. Merci à lui pour son témoignage.

 

“Je sais que je suis PD – je le dis comme ça – depuis mes 13 ans. Adolescent, j’ai toujours cherché la compagnie des garçons.

L’homosexualité, à l’époque, c’était un grand point d’interrogation. J’ai commencé à en entendre parler quand j’avais 17 ans ou 18 ans, car j’avais un oncle suisse qui était homosexuel. C’était le mari d’une de mes tantes. Ça a fait toute une histoire : il est devenu persona non grata dans la famille, à cause de son homosexualité.

C’est vrai que c’était très difficile, à l’époque, de faire son coming out. Mais moi, je ne l’ai jamais vraiment fait. Mon père est mort jeune, on en a jamais parlé. A ma mère, je ne l’ai jamais dit franchement… Sans le dire, ça devenait évident quand j’ai acheté un appartement avec mon second ami… Avec mon frère, ça s’est fait aussi d’une manière spontanée. Je lui ai dit ‘je viens manger avec mon copain’. Il m’a répondu ‘d’accord’.

J’ai eu trois amis hommes dans ma vie. Quatre avec l’Italien. Jeune, j’ai eu quelques aventures féminines – pour voir. A l’âge de 20-21 ans, je suis resté six mois avec la première fille avec qui j’ai couché – une copine, sans plus.

Vers 25-26 ans, j’ai fait beaucoup de rencontres. Avant, il y a eu les études de médecine. Je n’étais pas très intelligent, donc j’ai réussi parce que j’ai travaillé beaucoup. Ces années-là, je n’ai pas eu le temps de sortir… Il n’y avait pas tous les moyens de communication et de rencontres qu’on a aujourd’hui. Tout se passait soit dans les jardins, dans les parcs ou dans les discothèques. Moi, je pratiquais les trois.

Et puis le 31 décembre 1976 – l’année de mes 30 ans –, je suis tombé fou amoureux d’un garçon, qui n’était pas tout seul.”

Le Nouvelobs