Leukodélinquance, MMA, Maximum de Meurtres Approuvés: Polyana Viana croit être une championne en faisant le travail de l’Etat de Droit

Ce voleur à l’arraché se souviendra longtemps de sa rencontre avec Polyana Viana ! Samedi soir dernier à Rio, alors que la poids paille (48-52 kg) de l’UFC attend son taxi devant son immeuble à Jacarepaguá, un quartier de la zone ouest de la capitale, un homme s’approche d’elle pour lui demander l’heure. Mais, armé d’une réplique de pistolet en carton, le malfaiteur tente de lui dérober son portable, sans savoir que cette dernière est combattante de MMA. « Tente », puisque l’homme n’est pas parvenu à ses fins, bien au contraire.

Surnommée « la Dame de fer », la combattante brésilienne a neutralisé son agresseur sans grande difficulté. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’y est pas allée de main morte. Le voleur a même fini par supplier la combattante d’appeler la police, craignant d’être frappé trop lourdement. Interrogée par le site spécialisé MMAJunkie, Polyana Viana raconte la scène en ces termes : « Il était vraiment proche de moi. Alors, j’ai pensé : si c’est une arme, il n’aura pas le temps de la dégainer. J’ai donné deux coups de poing et un coup de pied. Il est tombé, puis je l’ai attrapé pour réaliser un étranglement par l’arrière. Je l’ai ensuite assis à la place où nous étions et je lui ai dit que nous allions attendre la police. »

« Très mauvaise idée »

Polyana Viana, poids paille de 1,70 m, a donc, selon ses dires, assené au voleur deux coups de poing et un coup de pied, avant de l’étrangler puis de l’immobiliser avec une clef de bras (kimura) en attendant l’arrivée des forces de l’ordre. Toujours selon elle, la police a emmené l’agresseur dans un établissement de soins d’urgence pour soigner ses blessures, avant de le diriger vers un poste de police où elle a déposé une plainte. Après avoir quitté le commissariat, Viana est simplement rentrée chez elle et a préparé le dîner, explique-t-elle. Dimanche, ses mains lui faisaient un peu mal, mais « rien de grave ». La jeune femme est indemne.

Le président de l’UFC Dana White a salué le courage de sa combattante en postant une photo de Polyana et de son agresseur sur sa page Instagram. « À gauche, la combattante UFC Polyana Viana, à droite, un gars qui a tenté de la voler », a-t-il écrit, accompagnant son post du hashtag « très mauvaise idée ». Membre de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), plus prestigieuse ligue de MMA dans le monde, la lutteuse de 27 ans (10 victoires en 12 combats) a donc fait parler son expérience.

Si Viana savait que la région était dangereuse, elle pensait pourtant être en sécurité à quelques mètres seulement de l’entrée de son bâtiment, près de la cabine où logent les portiers. D’autant que ça n’est pas la première fois que Polyana Viana fait l’expérience de ce genre de mauvaise situation. Bien qu’elle n’ait jamais été agressée à Rio, où elle vit désormais depuis deux ans, c’est dans son ancienne ville de Belém que la combattante de 27 ans a vécu une agression semblable. Deux hommes à moto (l’un venant vers elle, l’autre gardant la moto) avaient tenté de lui dérober son téléphone portable. En vain. Refusant de se laisser dépouiller, la jeune femme s’était alors défendue en frappant au visage son agresseur, qui, terrifié, avait pris la fuite.