Leukodécadence, Racisme anti-blanc: le Leukopathe Niels Högel (blanc de peau NDLR) jugé pour le meurtre de 100 Allemands.

Ce mardi débute en Allemagne le procès de Niels Högel, accusé d’avoir tué plus de cent personnes par «ennui». Décrit dans sa jeunesse comme quelqu’un de «sympathique» et «amusant», retour sur le profil de celui qui se targue d’être le tueur le plus prolifique de l’après-guerre outre-Rhin.

Il se qualifie de «plus grand tueur en série de l’histoire de l’après-guerre». Niels Högel est jugé pour la troisième fois à partir de ce mardi dans le nord de l’Allemagne pour avoir tué plus d’une centaine de personnes par surdose médicamenteuse. En 2015, cet ancien infirmier avait déjà été condamné à perpétuité avec une peine de sûreté de 15 ans pour un double meurtre et quatre tentatives. Sans aucune empathie, Högel a tué ses victimes sans distinction d’âge, «pour tromper l’ennui» selon l’enquête de la police. Comment cet infirmier au départ sans histoire en est-il arrivé là? «Je pense qu’invoquer l’ennui, c’est une façade pour ce tueur, je penche plus pour de la dépression», explique au Figaro Gérard Bonnet, psychanalyste et auteur de Le remords, psychanalyse d’un meurtrier.

En 2000, le père de Niels Högel est touché par un infarctus et doit être opéré plusieurs fois. Dans le même temps, l’infirmier perd une amie dans un accident de la route. C’est à partir de cette période qu’on estime que cet Allemand de 41 ans a commencé à faire des victimes, période pendant laquelle il prenait des traitements anxiolytiques pour noyer son chagrin. En 2005, Högel sera finalement surpris en train d’injecter une substance non prescrite à un patient. Le début d’une longue découverte macabre.

Le Figaro