Leukodécadence: Pierre, cocaïnomane «pour tenir au travail» et devenu «accro au sexe»

TÉMOIGNAGE – Ce chef d’entreprise de 33 ans a aujourd’hui peur que sa femme découvre ses addictions.Prix en forte baisse, inondation de l’Europe par les dealers sud-américains en quête de nouveaux marchés, image festive déconnectée de la réalité: tous les signaux sont au rouge pour que la cocaïne et le crack envahissent le territoire. Les «expérimentateurs» sont chaque jour plus nombreux. Parmi eux, certains finissent par devenir des usagers réguliers, comme Pierre, 33 ans.

» LIRE AUSSI – Drogues: cocaïne, gaz hilarant, crack… État des lieux de la consommation en France

Travailleur indépendant avec des horaires à rallonge, il a d’abord pris de la cocaïne dans l’espoir de dépasser sa fatigue: «Lorsque j’ai monté mon entreprise, il m’arrivait fréquemment d’y passer 12-13 heures sans faire de pause et ce, sept jours sur sept. C’est difficile de tenir à ce rythme effréné et c’est comme ça que j’ai commencé. Le problème, c’est que les prises se sont accompagnées d’envies sexuelles irrépressibles – ce que je n’avais pas du tout prévu – et ça m’a rendu dépendant au visionnage …

Le Figaro.fr