Leukodécadence: Pascal Praud”On est chez les mabouls”(sic)

Featured Video Play Icon

Les débats à la télévision sont rarement des moments de courtoisie, et l’émission « l’Heure des Pros », animée par Pascal Paud sur CNews, en est souvent l’illustration. Ce vendredi 20 septembre, elle a été le terrain d’une tonitruante joute entre son présentateur et deux soutiens de La France insoumise, l’avocate Caroline Mécary et l’ancienne candidate du parti aux élections européennes, Julie Garnier.

LIRE AUSSI > Pascal Praud, le démago show

L’émission, qui portait en partie sur le procès de Jean-Luc Mélenchon et la chute de ce dernier dans un sondage paru ce jeudi, est émaillée de clashs et d’éclats de voix : tout le monde crie, parle en même temps, ça s’échauffe, et surtout, ça exaspère le maître de cérémonie : « Qu’on m’apporte mon sifflet ! », finit par demander Pascal Praud au milieu du tumulte avant de s’en prendre à Caroline Mécary. « Au coin ! », lui intime-t-il, mi-sérieux mi-ironique. « C’est impossible on est chez les mabouls ! Comment voulez-vous qu’on s’entende ? ! Vous êtes cinq à parler ensemble ! », assène-t-il.

« C’est insupportable votre attitude ! »

L’émission atteint son paroxysme lorsque Caroline Mécary interrompt à nouveau un invité. C’en est trop pour le présentateur, qui explose : « Mais enfin c’est insupportable votre attitude ! Ça va pas ! Mais c’est juste insupportable, arrêtez ! Moi je ne peux plus animer une émission de télévision ! »

Imperturbable, Caroline Mécary lui propose, à plusieurs reprises, « une camomille » tandis que Julie Garnier s’esclaffe : « Annulez le café ! » Rien n’y fait, le journaliste est furieux, lisant depuis son téléphone, le commentaire d’un spectateur exaspéré par le brouhaha sur le plateau : « On ne peut pas s’écouter !, s’écrie-t-il. Dès que vous êtes là on ne peut pas faire un débat serein ! Alors faut plus venir ! »

« Votre attitude à toutes les deux est minable, minable ! », martèle-t-il, soutenant que de son côté, il essaie « de prendre de la légèreté de faire circuler la parole. »

Heureusement pour les invités autour du plateau, la tension finit par redescendre. En cas de nouvel esclandre, Pascal Praud est équipé, prévient-il en brandissant un mégaphone, suscitant l’hilarité sur le plateau. Et de faire son mea culpa : « Quand on s’énerve on a toujours tort, moi le premier, donc je regrette de m’énerver. »

L’émission se termine avec une invitée en moins, Lucie Gardier, qui a fini par quitter le plateau, excédée. « C’était une émission un peu… voilà, conclut Pascal Praud. C’est vendredi, on va passer un bon week-end ! »