Leukodécadence: Maxime Tandonnet s’indigne du niveau de décadence politique

FIGAROVOX/TRIBUNE – L’historien s’indigne du niveau des débats politiques. Selon lui, les Français méritent plus que des commentaires sur la vaisselle de l’Élysée ; au contraire, le pays a besoin de s’unir derrière des dirigeants qui restaurent le goût pour l’intérêt général.


Maxime Tandonnet est essayiste et historien. Il décrypte chaque semaine l’exercice de l’État pour le FigaroVox, et est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Les parias de la République (éd. Perrin).


L’anecdotique prend chaque jour une place croissante dans l’actualité intérieure française. À chaque jour sa petite phrase ou son micro-scandale: le tennis de la Lanterne, la piscine de Brégançon, le vol de 110 km du chef de l’État, sa leçon de politesse à un adolescent, ses petites phrases sur «la lèpre»ou le «pognon fou», les comptes de campagne, la fête de la musique à l’Élysée… Et quand l’attention médiatique s’éloigne de son obsession élyséenne, c’est pour replonger, ailleurs, dans le futile et l’accessoire: un tract qui ose formuler le nom «France» fait scandale, les cartons de Mme Calmels, les dédicaces de M. Hollande… De fait, la provocation rythme la vie politico-médiatique. La polémique est banalisée au point de devenir la normalité. La politique française n’est même plus dans une logique de communication, qui suppose un message, mais dans une réalité virtuelle, un spectacle nihiliste.

 

Le Figaro