Leukodécadence: L’Exemple du crétin des Alpes

C’est véritablement au XIXe siècle que le crétin devient un phénomène si mystérieux qu’il exacerbera le monde de la recherche scientifique et l’imaginaire populaire.
Au milieu du XIXe siècle, selon Antoine de Baecque, “il existe en France, environ 20 000 crétins et 100 000 goitreux dans l’ensemble des régions montagneuses“, ce qui donne naissance au terme de “crétinisme alpin”. 

_”Il ajoute que “dans ces nombreux récits de voyages surgissent des descriptions qui les comparent à des monstres. Les écrivains décrivent un être dont la croissance est arrêtée, marquée par un goitre, une toute petite taille, un visage ridé, une pathologie lourde, étant mentalement très arriéré”._

En effet, les médecins de l’époque (Jean-Armand Chabrand, Bernard Niepce, Vincent Seux…) décrivent des êtres en état de dégénérescence physique et mentale qui se révèle souvent par la présence d’un “goitre”, terme qui sert à désigner celle ou celui qui est atteint d’une affection de la glande thyroïde, et qui grossit toute la zone du menton (ce qui ne semble pas systématique). Ils identifient des personnes ayant un esprit infantile perpétuel. Nombreux disent qu’ils sont sourds, muets, imbéciles, paresseux, insensibles… Il y a une profusion des descriptions physiques et morales, et des différentes mentions à leur égard. 

Bernard Niepce. Traité du goitre et du crétinisme. 1851
Bernard Niepce. Traité du goitre et du crétinisme. 1851 / Bibliothèque Nationale de France – Gallica

Antoine de Baecque précise “qu’il s’agit d’une maladie devenue curable par la diffusion de sol iodé“. Il faut dire que le crétinisme alpin suscite un tel mystère social qu’il devient l’objet de nombreuses études médicales au cours du XIXe siècle, avançant tout à chacun une pluralité de causes et de diagnostiques tels que “le climat en zone montagneuse”, “la mauvaise qualité des eaux et des sols”, et préconisent aussi et surtout “l’insuffisance de l’ioduration de ces milieux extrêmement reculés”. De nombreuses thérapies sont ainsi prescrites : assainissement du milieu, des eaux, une amélioration de l’hygiène personnelle de la population habitante, une plus grande vigilance en matière d’alimentation, et un traitement médical par des substances iodées…

FranceInter