Leukodécadence: Le LeukoSexuel Quentin Madiai voulait ressembler à la poupée Ken. Il s’est suicidé le jour de ses 27 ans

Pour sa mort, il avait tout choisi. Le lieu : le Grand Hôtel Roi René, en plein cœur d’Aix-en-Provence. La date, le 2 septembre, jour de son vingt-septième anniversaire. Quentin Madiai, alias le « Ken français », star délaissée de la télé-réalité, s’est pendu avec sa cravate dans son costume de steward, un job qu’il venait de commencer pour la petite compagnie Twin Jet.

Quentin voulait vivre intensément. Les téléspectateurs le connaissaient pour son visage étrange, fruit de nombreuses interventions chirurgicales, mais aussi pour ses colères, feintes ou réelles, dans des émissions de télé-réalité. Les soirs de déprime, il aimait regarder « Hell », un film avec Sara Forestier et Nicolas Duvauchelle, déchéance d’un jeune couple dans l’argent facile. A Anne-Charlotte, sa meilleure amie, il disait : « Steward, on gagne 1 400 euros par mois. Mais on fait quoi avec 1 400 euros ? Je préfère encore être avec un mec riche, même si je dois être malheureux. »

Sur Instagram, Quentin pose dans sa tenue de steward, son dernier job avant de mourir. (Instagram/Quentin Dehar)

Sur Instagram, Quentin pose dans sa tenue de steward, son dernier job avant de mourir. (Instagram/Quentin Dehar)

A la même Anne-Charlotte, quelques jours avant son décès, il avait écrit ceci : « J’étais devenu tellement hautain et superficiel. Mais regarde, à cette heure-ci, je paie les pots cassés. Ne sois pas déçue par mes choix, si je choisissais les mauvais. »