Leukodécadence: Le Cocainomane Thierry Ardisson invité de l’Université d’été de la Blanche Insoumise(Rappel: Son Respect de la Gente Féminine)

Featured Video Play Icon
Invité de la France insoumise pour son université d’été à Toulouse, l’animateur télé a participé ce vendredi à un débat sur la télévision publique. “Qu’en savez-vous? “a lancé Thierry Ardisson à une participante qui faisait remarquer qu’il n’était pas du même bord politique.

« Vous vous demandez ce que je fous là ? » Il est 16 heures, ce vendredi, et Thierry Ardisson, le royaliste dit-on, déjà applaudi trois fois depuis son arrivée dans l’amphi où l’attendent 400 personnes, participe, à l’université d’été de la France insoumise qui se déroule jusqu’à dimanche au centre de congrès de Toulouse, à un débat sur la télévision publique. Ce n’est pas Raquel Garrido, à ses côtés face au public, qui a invité son ex-employeur des « Terriens du dimanche », comme peuvent le penser de mauvaises langues. Mais Adrien Quatennens lui-même. « Parce que je ne veux pas d’un moment d’entre-soi », avait averti le matin, lors du lancement de ces Amfis 2019, le nouveau leader de LFI. « Et parce que j’avais son contact. »

Toujours souriant et muni de ses fiches, l’homme en noir s’explique. Comme il le fera, dit-il, devant les députés LREM et LR. «Moi, je ne suis pas un enfant de la télé. Je suis un enfant de l’ORTF », lance-t-il. C’est-à-dire d’un temps où la télé « était extrêmement qualitative ». Mais la qualité, c’est de l’argent. Le message est donc le suivant: arrêtez de couper les budgets! Et Ardisson plaide pour le modèle Ardisson : au lieu de saupoudrer la culture, diffusez-la partout. Il faut «spectaculariser la culture», recommande le créateur de « Tout le monde en parle ».

Le député Alexis Corbière anime. Thierry Ardisson fauche le micro. Mais l’élève Garrido vole la vedette. Hyper à l’aise à l’oral, la chroniqueuse, qui rejoint Hanouna à la rentrée, explique pourquoi les Insoumis sont devenus « des piliers des chaînes d’infos ». Surtout, elle revendique: « cette télé (publique), elle est à nous », le public. Or « nous n’avons même pas le droit de regarder notre propre championnat de foot à la télé », lance-t-elle en demandant à France Télé de le récupérer.

La députée, ex-LREM, Frédérique Dumas modère: « Aucun service public étranger n’arrive à acheter le foot. »
Lors des questions de l’assistance, France Inter en prend pour son grade. Alexis Corbière se plaint d’une instance sur le Vénézuela. « Ce sera sur le Mexique maintenant ! », balance Ardisson qui réserve une surprise pour la fin. À une participante qui affirme : « nous ne sommes pas du même bord politique », il répond: «qu’en savez-vous? » Comme à la télé, le pic d’émotion avant la coupure!

La Dépêche