Leukodécadence: Guillaume Canet “Ce n’est pas désagréable de regarder un porno de temps en temps” (sic)

Featured Video Play Icon

Son agenda automne-hiver est bien chargé. Guillaume Canet va entamer le tournage de La Belle Epoque, de Nicolas Bedos (avec Doria Tillier, Fanny Ardant et Daniel Auteuil), enchaîner avec un drame paysan d’Edouard Bergeon (Au nom de la terre), tout en achevant le montage de Nous finirons ensemble, la suite très attendue des Petits Mouchoirs (en salles le 27 mars).

Sans oublier les sorties de deux comédies avec son pote Gilles Lellouche qui, chacune à sa façon, exaltent les corps : ceux d’improbables nageurs synchronisés dans Grand Bain ; ceux d’acteurs pornos libres et insouciants dans L’amour est une fête, où il incarne un flic infiltré qui s’épanouit dans le milieu du X. L’occasion d’un entretien très thématique.

Avez-vous hésité à accepter ce projet qui peut paraître scabreux aujourd’hui?
Pas une seconde. J’ai une entière confiance en Cédric Anger, qui m’a offert un de mes plus beaux rôles : tueur en série dans La prochaine fois je viserai le cœur. C’est sa force de se saisir d’un sujet difficile pour en faire quelque chose d’humain et tout sauf glauque, avec des personnages attachants à l’image de l’époque qu’il décrit, le tout au début des années 1980. D’anciens hardeurs jouent dans le film, comme Alban Ceray et Marilyn Jess. Ils nous racontaient que leurs tournages étaient festifs, presque familiaux. Ils disaient faire des histoires d’amour, pas du porno. C’est cette ambiance que Cédric a voulu reproduire. C’était avant l’avènement de la vidéo et des films plus trash tournés à la chaîne.

Aviez-vous des films ou des actrices préférées?
Sans être un fan absolu, je crois que j’aimais bien Traci Lords. J’ai découvert les films plus anciens : Emmanuelle, Gorge profonde. Je ne me souviens pas de tous les titres, ce n’était pas le plus intéressant… Il y en avait de très rigolos : Blanche-Fesse et les Sept mains, Godefinger. J’en ai inventé moi aussi : Erection ­municipale, Tourne ton cul que j’marque un but. Mais ce n’est pas allé plus loin, je n’ai jamais songé à écrire ou réaliser un porno!

Pour lire cet entretien en intégralité, retrouvez le JDD en kiosques, sur smartphone et tablette ou sur Internet. Découvrez également nos offres d’abonnement

Le Jdd