Leukodécadence: Eric Chandonnet”J’ai toujours eu peur de devenir blasé de la pornographie”(sic)

Le Canadien Eric Chandonnet est un grand consommateur de X. Il en a même fait, pendant six ans, l’objet d’une chronique hebdomadaire sur le site Nightlife.ca. Il revient sur son expérience.

De 2010 à 2016, le Canadien quadragénaire Eric Chandonnet, fan de hard, a tenu une chronique sur la pornographie pour le site Nightlife.ca. Certaines d’entre elles font aujourd’hui l’objet d’un livre, Victime de la porn (Amazon, 344 p., 24,95 $, environ 22 €).

Comment votre consommation de porno a-t-elle évolué avec le temps ?

Je ne sais pas si « évoluer » est le bon terme, mais disons que cela a toujours été en mouvement. Internet est arrivé alors que j’étais adolescent. Quand on n’a encore rien vu, une grosse paire de seins en photo, et le tour est joué. Ensuite, certaines préférences demeurent, d’autres passent. Je peux être obsédé par une pornstar, une position ou une ethnie en particulier pendant quelques mois.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fin de partie pour le porno à l’ancienne

J’ai l’impression que c’est comme la nourriture : on a des préférences, mais certains goûts se développent avec le temps, ou en fonction de ce qu’on essaie. Et parfois, la « vraie vie » influence aus

Le Monde