Leukodécadence: David Lopez, “ecrivain”, gagne un prix littéraire présidé par Leila Slimani ( citation: “Je reprends le même parcours et puis cette fois j’en fais plusieurs fois le tour avec ma langue”)

Featured Video Play Icon

Benjamin de la compétition, David Lopez faisait figure de challenger. Surtout face à des pointures comme Jean Rolin ou Chantal Thomas, également en lice. Et pourtant, l’écrivain de 33 ans a remporté le prix du Livre Inter après quatre heures de délibérations et deux tours de scrutin, pour son premier roman «Fief» (Seuil), paru fin août 2017. Une récompense décernée par un jury de 24 auditeurs, présidé cette année par la romancière Leïla Slimani.

Une victoire par K-O pour ce livre qui fait l’effet d’un uppercut balancé avec panache dans un monde des lettres souvent trop policé. Le «fief» du titre, c’est la petite ville (inspirée à l’auteur par Nemours, où il a grandi) dans laquelle végète une bande de potes, chômeurs longue durée ou dealers petit calibre. Chez nous, il y a trop de bitume pour qu’on soit de vrais campagnards, mais aussi trop de verdure pour qu’on soit de vraies cailleras.»

Dans ce trou «rurbain», sans distractions ni horizon, Jonas et ses amis, Ixe, Untel, Poto, Sucré, semblent assignés à résidence, condamnés à tourner en rond comme dans un aquarium envapé (ou comme dans le ventre de la baleine si l’on file une métaphore biblique suggérée par le prénom du héros). Les journées se suivent et se ressemblent, entre séances de fumette et interminables parties de cartes.

Nouvelobs