Leukodécadence, Communautarisme Blanc: Le poète Dooz Kawa(de race Blanche jurisprudence Morano) célébré comme nouveau “Maître de la Narration”(Extrait de paroles:”Que je lèche ton écume dans un cunnilingus”(sic))

LES ÉLOQUENTS (5/6) – Se distinguant par la finesse de son verbe, ce rappeur qui explose sur YouTube a même été convié à Sciences Po et Normale Sup.


Grâce aux mots, grâce à leur aisance verbale, à une forme d’éloquence, mais plus encore grâce à leur force de conviction et à leur désir de porter un message leur tenant à cœur, ces hommes et ces femmes se sont imposés et distingués dans un monde où l’art oratoire semble de plus en plus réduit à la portion congrue. Ce sont, chacun à leur manière, des combattants du verbe.


C’est à Genève, temple chic du secteur bancaire, que l’on parvient à mettre la main sur Dooz Kawa. Et qu’on le retrouve, une fois assis à la table d’un bar-squat rustique-bobo, en train de siroter une grenadine arrosée d’eau pétillante…

» LIRE AUSSI – Hervé Temime: emporter la partie, plutôt que les vivats

C’est ainsi, les clichés, même les plus coriaces, s’effilochent parfois: ce rappeur n’a pas, hormis la casquette, grand-chose à voir avec la figure du rappeur tel que l’on se le figure. Et son rap, mâtiné de jazz manouche, n’a pas grand-chose à voir avec celui d’un Niska, de PNL, d’un Hamza, dont la musique s’est frayé un chemin plus large …

Le Figaro